•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’après-école et la prématernelle dans les écoles francophones dès le 28 septembre

Façade du Centre scolaire et communautaire des Grands-Vents le 28 août 2018.

L'École des Grands-Vents est une des deux écoles francophones à Saint-Jean à Terre-Neuve (archives).

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

La Fédération des parents francophones de Terre-Neuve-et-Labrador (FPFTNL) rouvrira les services d’après-école et de prématernelle dans les écoles de la province le 28 septembre.

Lundi, le Conseil scolaire francophone provincial (CSFP) a approuvé le plan de réouverture de la FPFTNL, qui exploite ces programmes dans cinq écoles.

Une ébauche du plan de réouverture, consultée par Radio-Canada, montre que la FPFTNL adopte essentiellement les mêmes mesures de sécurité annoncées par le CSFP à l’avance de la rentrée.

Chaque animateur sera affecté à un petit groupe d’élèves – une cohorte – qui aura un espace dédié à lui.

Martine Fillion, directrice générale de la FPFTNL, indique que les cohortes formées par les écoles ne seront pas mélangées lorsque les élèves participent au programme d’après-école.

On va discuter avec les directions d'école pour qu'elles nous disent exactement combien il y a d'élèves par classe et combien d'élèves dans chaque classe viennent à l'après-école. On va pouvoir former les groupes en conséquence, indique-t-elle, en notant que son organisme pourrait embaucher plus de personnel en fonction des besoins.

L’ébauche du plan montre que les jouets, les couvertures, les tapis et tout autre matériel partagé pouvant favoriser la propagation du virus seront retirés des classes. D’autres équipements seront désinfectés régulièrement. Le plan indique aussi qu’il y aura une rotation minimale des animateurs entre les groupes.

Des enfants tiennent des jouets.

Les jouets seront retirés des classes pour limiter la propagation du virus (archives)

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Le plan final, ainsi qu’une version traduite en anglais, seront envoyés aux parents dans les prochains jours. Les inscriptions aux programmes devraient ouvrir cette semaine. Environ 200 élèves ont participé aux deux programmes l’an dernier, selon la FPFTNL.

Une reprise temporairement suspendue

La FPFTNL avait initialement prévu de relancer les services d’après école et de prématernelle le 9 ou le 14 septembre. Mais la reprise des services a été temporairement suspendue par le CSFP, qui voulait que la FPFTNL lui fournisse un plan détaillant les mesures de sécurité qu’elle allait adopter dans les écoles.

Dans un communiqué, lundi, le CSFP a voulu éclaircir les raisons qui l’ont poussé à prendre cette mesure.

Cette décision directement liée à la crise sanitaire de la COVID-19 a été prise en fonction des recommandations émises par la médecin hygiéniste en chef de la province demandant de ne pas mélanger les cohortes d’élèves (groupes-classes), mais également afin d’assurer le nettoyage approprié des écoles pour diminuer les risques liés à la propagation du virus, explique le CSFP.

Martine Fillion lors d'une entrevue avec une journaliste.

Martine Fillion est directrice générale de la fédération des parents francophones de Terre-Neuve et du Labrador (archives).

Photo : Radio-Canada / Marie-Isabelle Rochon

Ce délai aura permis à la FPFTNL de mettre en place son plan de réouverture pour les services d’après-école et de prématernelle.

Selon Martine Fillion, l’élaboration d’un plan, la formation du personnel et le nettoyage des installations sont la priorité depuis quelques semaines.

Je pense que si on est responsable, il faut prendre le temps, affirme-t-elle. Il vaut mieux de faire un plan qui prend peut-être un peu plus de temps, mais qu’on n'est pas toujours à modifier. Alors le délai, je ne pense pas qu’on a été tellement plus longtemps.

On n'a pas envie non plus de voir tous les services [...] dans une bulle de confinement qui n’était pas prévue parce qu'on est allé trop vite.

Martine Fillion, directrice générale de la FPFTNL

Kristin Newman, une mère dont le fils fréquente l’École des Grands-Vents à Saint-Jean, se dit soulagée de la décision du CSFP.

C’est un service essentiel pour les familles francophones et nous étions à risque de perdre certains membres de notre communauté sans le soutien nécessaire aux familles, explique-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !