•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa prêt à dévoiler sa riposte aux tarifs douaniers américains sur l'aluminium

Chrystia Freeland, de profil, devant des drapeaux canadiens.

Les tarifs imposés seront d'une valeur de 3,6 milliards de dollars, a indiqué a vice-première ministre Chrystia Freeland le 7 août.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Radio-Canada

Ottawa dévoilera cet après-midi la liste des produits américains qui seront frappés dès demain de tarifs douaniers, en réplique à la décision de l’administration Trump d’imposer de tels tarifs sur l’aluminium primaire produit au Canada.

L’annonce sera effectuée à 15 h par la vice-première ministre Chrystia Freeland et la ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international, Mary Ng.

Nous allons prendre action pour contrer les tarifs injustes sur notre aluminium que les États-Unis ont imposés. On va toujours être là pour protéger nos travailleurs dans le secteur de l’aluminium.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada, avant le Conseil des ministres, mardi

Mme Freeland avait annoncé le 7 août que ces tarifs allaient totaliser 3,6 milliards de dollars, mais sans dévoiler d’emblée la liste des produits qui seraient visés.

Ottawa préférait ouvrir une période de consultation de 30 jours pour déterminer sur quels produits des tarifs auraient l’impact le plus important, tout en causant des dommages minimaux à l’économie canadienne.

Une liste préliminaire de biens fabriqués avec de l’aluminium susceptibles d'être ciblés incluant des pièces industrielles, des réfrigérateurs, des machines à laver, des meubles, des bicyclettes et des bâtons de golf avait alors été divulguée.

Mme Freeland avait assuré du coup qu’Ottawa allait répliquer de façon équilibrée et parfaitement réciproque à ces tarifs, qu’elle a qualifiés d’injustifiés et inacceptables.

Pour chaque dollar imposé par les États-Unis sur les importations canadiennes, nous imposerons en retour une taxe équivalente. Nous n’allons pas aggraver la situation, mais nous n’allons pas reculer non plus, avait-elle dit.

Les tarifs américains de 10 % sur l’aluminium primaire produit au Canada sont en vigueur depuis le 16 août. Ils touchent essentiellement des alumineries implantées au Québec, principal producteur au pays.

Donald Trump, devant un lutrin. Derrière lui, des boîtes contenant des machines à laver.

Le président Trump a annoncé de nouveaux tarifs contre l'aluminium primaire canadien lors d'une visite dans une usine de fabrication de machine à laver de Clyde, en Ohio, le 6 août.

Photo : Getty Images / Scott Olson

Le président Trump dit les avoir imposés pour des considérations de sécurité nationale, en avançant que les exportations canadiennes inondaient les États-Unis et faisaient craindre des pertes d’emplois.

Cet argument a été jugé absurde par Mme Freeland, qui a plutôt fait valoir que l’industrie américaine de la défense avait besoin de l’aluminium canadien.

C’est la deuxième fois en deux ans que l’administration Trump impose des tarifs sur l’aluminium canadien, forçant Ottawa à répliquer.

La première passe d’armes, lancée en 2018, a été résolue après la conclusion du nouvel Accord Canada–États-Unis–Mexique.

Le litige actuel a plutôt été déclenché à peine un mois après que cette entente de libre-échange est entrée en vigueur, le 1er juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !