•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

100 000 $ pour des lettres géantes à la marina de Thunder Bay

Une vue de la marina de Thunder Bay.

La marina de Thunder Bay a déjà été le théâtre de projets controversés, dont celui des « bâtons de hockey » installés au bout des quais.

Photo : CBC/Jeff Walters

Radio-Canada

Les élus municipaux de Thunder Bay ont approuvé lundi soir par une majorité de 7 contre 6 un montant de 100 000 $ pour l’installation de lettres géantes près du port épelant le nom de la ville, du même genre que celles devant l’hôtel de ville de Toronto.

Les conseillers ont débattu pendant près de deux heures de la pertinence de projet de legs pour le 50e anniversaire de la création de la ville de Thunder Bay, née en 1970 de la fusion des villes de Port Arthur et de Fort William ainsi que des cantons de Neebing et McIntyre.

L'enseigne a été imaginée après que d’autres projets de legs pour souligner le 50e anniversaire eurent tombé à l’eau à cause de la COVID-19.

Karen Lewis, directrice des services stratégiques de la Ville, a souligné qu’environ 7 000 personnes ont assisté à un événement en février à la marina et que la plupart d’entre elles ont été photographiées avec des lettres géantes en neige.

Les photos de cette enseigne ont été partagées environ 12 000 fois en ligne, a déclaré Mme Lewis.

Cet engouement a donné au comité du 50e anniversaire l'idée d’avoir une installation permanente sur le bord du lac Supérieur.

Vue de la place de l'hôtel de ville et de l'enseigne aux lettres géantes de Toronto.

L'enseigne est en partie inspirée par celle devant l'hôtel de ville de Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Nous devons plus que jamais célébrer cette ville, a déclaré le conseiller Andrew Foulds, qui a voté en faveur du projet.

Les gens nous demandent de rouvrir, d’en faire plus, d’être plus normaux.

Andrew Foulds, conseiller municipal de Thunder Bay

Nous ne devrions pas utiliser le fonds [de la taxe municipale d’hébergement] pour autre chose que des projets liés au tourisme, parce que c’est ce à quoi nous nous sommes engagés, a déclaré la conseillère Shelby Ch'ng, elle aussi en faveur de l'enseigne.

Nous allons avoir une association d’hôtels sur le dos si nous commençons à remplir les nids de poule avec cet argent, a-t-elle ajouté, alors que beaucoup d’autres membres du conseil municipal ont déclaré que le fonds de la taxe municipale d’hébergement pourrait être utilisé pour répondre à d'autres besoins de la Ville.

D’autres membres du conseil ont dit qu’ils soutenaient l’idée de l'enseigne, mais trouvaient le coût trop élevé.

Certains ont suggéré que cet argent serve à d’autres projets touristiques, sans préciser lesquels, alors que d’autres voulaient utiliser le financement pour rembourser les coûts liés à la COVID-19.

Ce n’est peut-être pas encore le bon moment pour en parler, compte tenu de toutes les pressions que subit la communauté et de l’incertitude qui pèse sur ses finances, a déclaré le conseiller Mark Bentz.

Pouvons-nous faire cela un peu plus tard? Bien sûr que nous pouvons le faire. Est-il prudent d’adopter cela ce soir? Pas à mon avis.

Mark Bentz, conseiller municipal

Le débat s’est parfois enflammé. Des conseillers ont critiqué certains de leurs collègues pour avoir soutenu d’autres projets d’investissement, principalement celui de centre sportif au coût de 33 millions de dollars.

Il n’y a pas de date prévue pour la conception ou l’installation de l'enseigne.

Le comité du 50e anniversaire doit encore déterminer si l’enseigne indiquera le nom complet Thunder Bay, ou seulement l’abréviation T Bay.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !