•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les rumeurs d'élections surprises à l'avant-scène politique en Colombie-Britannique

Le premier ministre John Horgan tient un point de presse à Victoria.

Le premier ministre de la Colombie-Britannqiue, John Horgan, ne dément pas les rumeurs selon lesquelles des élections pourraient être déclenchées.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Radio-Canada

Alors que le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a gagné son pari en déclenchant des élections surprises et en remportant la majorité espérée, le gouvernement de la Colombie-Britannique alimente les rumeurs selon lesquelles des élections hâtives pourraient également être annoncées.

Bien que le premier ministre, John Horgan, reste vague sur ses intentions, il ne contredit pas pour autant les spéculations.

Nous nous préparons à une élection depuis notre arrivée au pouvoir, et je pense que tous les autres partis politiques font de même, dit M. Horgan sans s'avancer sur le moment où il compte demander à la lieutenante-gouverneure Janet Austin de dissoudre la législature.

Ma priorité absolue est le bien-être de la population britanno-colombienne.

John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique
La députée des verts Sonia Furstenau en conférence de presse devant l'assemblée législative.

Les verts ont élu lundi Sonia Furstenau comme nouvelle cheffe.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Des arguments pour se défaire de l'accord avec les verts

John Horgan dirige un gouvernement néo-démocrate minoritaire grâce à un accord de confiance et d'approvisionnement signé avec le Parti vert en 2017.

En vertu de cet accord, le gouvernement ne demandera pas la dissolution de la législature pendant la durée de l'accord, sauf à la suite de la défaite d'une motion de confiance .

Or, John Horgan a formulé des arguments pour se défaire de cet accord lundi.

Lorsque l'accord a été créé, nous ne pouvions imaginer qu'une pandémie mondiale allait survenir, soutient-il. La situation actuelle n'est pas comme celle de l'année dernière et, certainement pas celle de 2017.

L’opposition en désaccord

Lundi, le Parti vert a élu Sophie Furstenau comme nouvelle cheffe.

Dans un discours, la nouvelle cheffe a dit qu'une élection anticipée serait complètement inutile et irresponsable, arguant que c'était le type de politique partisane à laquelle les électeurs étaient opposés.

À John Horgan, je dis : "Vous avez la responsabilité de gouverner. Ne faites pas de la politique", a ajouté Sonia Furstenau.

Le chef libéral, Andrew Wilkinson, est du même avis.

Un homme en complet s'adresse à la presse.

Le chef libéral Andrew Wilkinson ne souhaite pas d'élections anticipées.

Photo : Radio-Canada / Michael Mcarthur

Il y a beaucoup de travail à faire. Quand John Horgan dit qu'il veut des élections pour aider son propre avenir, on soit se demander : "Qui fait ça?", a dit Andrew Wilkinson lundi.

Deux autres ministres annoncent qu'ils ne se représenteront pas

Lundi, deux ministres néo-démocrates ont annoncé qu’ils ne brigueraient pas leur siège lors de la prochaine élection.

Le ministre des Forêts, Doug Donaldson, et le ministre des Relations autochtones et de la Réconciliation, Scott Fraser, ont fait leur annonce 10 jours après que le ministre du Développement social et de la Réduction de la pauvreté, Shane Simpson eut annoncé qu’il ne serait pas candidat.

Avec les informations de Justin McElroy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !