•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On se retrouve avec la transmission la plus élevée » du Québec, dit le Dr Sylvain Leduc

Sylvain Leduc.

Le docteur Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

« Il faut mettre un frein » à la contagion, ajoute le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Leduc. Selon son constat, le Bas-Saint-Laurent est maintenant la région où le taux de transmission de la COVID-19 est le plus élevé du Québec, et la situation n’est plus maîtrisée dans la région.

Ce qui veut dire que c’est au Bas-Saint-Laurent qu’une personne porteuse du virus va infecter le plus grand nombre de personnes en ce moment.

En ce moment, cette infection-là nous a pris par surprise. La population du Bas-Saint-Laurent a été stupéfaite d’apprendre que de la situation la plus stable du Québec, on s’est retrouvé avec le taux de transmission le plus élevé.

Le directeur de la santé publique demande l’aide de la population et particulièrement des jeunes pour freiner la progression du virus. Il déplore notamment qu’il y ait encore des soirées d’organisées dans la région.

Honnêtement, la récréation devrait avoir sonné.

Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent

Sylvain Leduc affirme aussi qu’environ 20 % des jeunes qui ont reçu un diagnostic positif récemment continuent de sortir, notamment pour aller faire leur épicerie. Des actions doivent être prises, selon lui.

On discute beaucoup en ce moment avec la Sûreté du Québec, je ne peux pas le cacher. On cherche toutes les options d’une part pour dissuader les rassemblements, mais aussi pour faire comprendre à ceux qui ont eu un diagnostic positif de rester à la maison.

L'accueil de la clinique de dépistage.

La clinique de dépistage de la COVID-19 à La Pocatière (archives)

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Toutefois, il déplore un manque de ressources, non seulement pour réaliser des tests de dépistage, mais aussi pour faire respecter les consignes sanitaires.

On ne peut pas penser à mettre un policier à la porte de chaque cas positif, mais il va falloir avoir des effets dissuasifs. Les discussions se poursuivent avec le gouvernement parce qu’on manque de moyens parfois.

La Direction régionale de la santé publique du Bas-Saint-Laurent rappelle que pour tous les rassemblements privés, qu'ils aient lieu à l'intérieur ou à l'extérieur, il faut respecter le maximum de 10 personnes. Il est aussi fortement recommandé que les personnes qui participent à ces rassemblements habitent à un maximum de trois adresses différentes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !