•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus qu'un mois d'ici la fermeture définitive de la marina de Lachine

Les plaisanciers continuent de se battre pour forcer la Ville de Montréal à reculer.

Une manifestation.

Les plaisanciers affirment que la seule présence de la marina entraîne des retombées économiques directes et indirectes de 10 millions de dollars par année à Lachine. La mairesse de l'arrondissement, Maja Vodanovic, affirme pour sa part que cette estimation est exagérée.

Photo : Radio-Canada

La pression s'accentue sur l'administration Plante pour que le plus grand port de plaisance au Québec, qui doit théoriquement être converti en parc riverain, poursuive ses activités l'an prochain. Mais Projet Montréal compte aussi sur de nouveaux alliés.

C'est que depuis un peu plus de deux mois, les plaisanciers de la marina de Lachine sont en guerre ouverte avec Valérie Plante, son comité exécutif et la mairesse de l'arrondissement, Maja Vodanovic, pour convaincre ceux-ci de renoncer à leur projet.

À moins d'un revirement, le port de plaisance devrait donc disparaître pour de bon à la fin de la saison, le 15 octobre. La marina serait remplacée d'ici 2025 par un parc riverain qui ferait la part belle aux sports nautiques non motorisés comme le canoë, le kayak, l'aviron et la voile. Une aire de baignade pourrait même y être aménagée.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Fermeture de la marina de Lachine

À un mois de la fermeture annoncée, des centaines de personnes – la plupart masquées, pandémie oblige – ont donc marché du port de plaisance à la mairie d'arrondissement, en fin de journée lundi, pour faire entendre leur profond mécontentement et réclamer un sursis.

Après un premier rassemblement, le mois dernier, devant l'hôtel de ville temporaire de Montréal, c'était la seconde fois que les plaisanciers et leurs sympathisants manifestaient haut et fort pour le maintien de la marina de Lachine.

Les pancartes brandies n'étaient pas tendres à l'endroit de l'administration : Mme Valérie Plante, vous n'êtes plus l'homme de la situation; Mme Vodanovic, vous nous manquez de respect; Les mairesses nous coulent; ou même Leader recherché pour défusionner Lachine.

Membre du caucus d'Ensemble Montréal, le maire de l'arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa, a notamment pris la parole pour rappeler que le parti, qui forme l'opposition officielle au conseil municipal, les appuie dans leurs démarches.

L’équipe de Valérie Plante gouverne uniquement pour sa base et est prête à tout pour imposer ses projets idéologiques, sans consultation et sans la moindre ouverture d’esprit pour les gens qui ne pensent pas comme eux.

Alan DeSousa, maire de l'arrondissement de Saint-Laurent et membre du caucus d'Ensemble Montréal

Au cours des dernières semaines, les plaisanciers ont également reçu de nombreux appuis, dont celui de l'influente Chambre de commerce du Montréal métropolitain et de son président, Michel Leblanc.

Un plan de la marina 2.0.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les plaisanciers de Lachine ont présenté leur propre maquette de ce à quoi pourrait ressembler le site dans les prochaines années.

Photo : Facebook (Sauvons la marina de Lachine)

Afin de trouver un compromis avec la Ville, l'Association des plaisanciers du port de plaisance de Lachine (APPPL), qui s'est constituée dans les semaines qui ont suivi l'annonce de la fermeture de la marina, a notamment élaboré une esquisse inclusive qui permettrait selon elle de concilier le maintien des installations actuelles avec plusieurs autres usages.

Étude à l'appui, l'APPPL minimise également les coûts estimés par les élus de Projet Montréal pour mettre à niveau les équipements. Une telle opération, prétend-elle, ne coûterait pas 16,5 millions de dollars, comme l'a estimé l'administration Plante.

On a fait des contre-expertises avec des ingénieurs civils et des entrepreneurs en construction et on arrive à 5,3 millions, dont 3,1 millions pour la réfection des berges, a expliqué jeudi la porte-parole de l'APPPL, Josée Côté. Et on a proposé aussi de payer davantage pour nos frais de quai afin de s'assurer que ce ne soit pas un fardeau pour les contribuables.

Un appui citoyen au projet de parc

À l'inverse, des résidents se sont aussi mobilisés au cours des dernières semaines pour soutenir l'administration Plante dans son projet de conversion du port de plaisance en un parc riverain.

Le collectif « Réclame ta rive » a été mis sur pied en réponse à la mobilisation des plaisanciers. Outre la démocratisation de l’accès aux rives, il revendique la protection de l’environnement et l’équité en matière de dépenses des fonds publics.

Pour promouvoir son option, le groupe organise samedi prochain un événement intitulé « Ensemble, on se mouille pour nos rives! » au cours duquel les participants seront appelés à sauter à l'eau pour manifester leur appui au projet de parc nautique public.

« Réclame ta rive » a reçu jusqu'à maintenant le soutien du Conseil régional de l'environnement de Montréal, de la Fondation Rivières, de la Fondation David Suzuki, de la WWF-Canada et d'autres groupes similaires.

Le contrat d'opération résilié

Forts de cet appui – et malgré l'opposition bruyante des plaisanciers –, la Ville de Montréal et l'arrondissement de Lachine se montrent résolus dans leur volonté de fermer la marina pour de bon, dans un mois.

À cet effet, le conseil d'arrondissement a résilié lors de sa réunion de lundi soir le contrat qui le liait à l'opérateur du site, l'entreprise Gestion Nauti-Cités, qui devait venir à échéance à la fin de la saison prochaine. Seule la conseillère du district du Canal, Julie-Pascale Provost, a voté contre, elle qui est pourtant membre du caucus de Projet Montréal.

Je suis déçue que la conseillère, dans son indécision, ait remis en question la compétence, la rigueur et la disponibilité des professionnels de la Ville, a déclaré la mairesse Vodanovic après la rencontre.

C'est une décision difficile, mais nécessaire pour le bien commun et je tiens à saluer mes collègues qui se sont joints à moi.

Maja Vodanovic, mairesse de l'arrondissement de Lachine

En entrevue avec Patrice Roy, lundi, Mme Vodanovic a montré un peu d'ouverture pour la suite des choses, évoquant la création éventuelle d'une marina locale, qui pourrait accueillir de 60 à 100 bateaux dans le Vieux-Lachine. Il sera toutefois impossible de garder sur place les 450 embarcations qui s'y trouvent actuellement, a-t-elle réitéré.

La fermeture annoncée pourrait néanmoins se heurter à des formalités techniques, le retrait des équipements devant être approuvé par Transports Canada. Or, le ministère a appris dans les médias que la Ville de Montréal entendait abandonner les installations actuelles et, selon La Presse, aucune demande à cet effet n'avait été reçue en date du 9 septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !