•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Higgs remporte la majorité réclamée, Vickers quitte la tête du Parti libéral

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le chef des progressistes-conservateurs Blaine Higgs s'adresse à son équipe à Quispamsis quelques minutes après sa victoire.

Le chef des progressistes-conservateurs Blaine Higgs s'adresse à son équipe à Quispamsis quelques minutes après sa victoire.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Normand

Catherine Allard

Blaine Higgs remporte son pari : les Néo-Brunswickois seront dirigés par un gouvernement progressiste-conservateur majoritaire. Kevin Vickers est défait dans sa circonscription et quitte la chefferie du Parti libéral.

Rendez-vous sur notre plateforme pour connaître les résultats dans toutes les circonscriptions.

Blaine Higgs dirigera un gouvernement majoritaire, après avoir été à la tête d'un gouvernement minoritaire pendant deux ans. Tous les ministres sortants de son gouvernement sont également réélus et le suivront à Fredericton.

À l'issue de ces élections générales, les progressistes-conservateurs remportent 27 sièges, deux de plus que ce qui était nécessaire pour être majoritaires. Les libéraux ont quant à eux fait élire 17 députés, principalement dans les régions francophones. Les verts remportent trois sièges, les mêmes qu'en 2018. L'Alliance de gens en remporte deux, un de moins qu'aux élections précédentes.

Cette victoire du Parti progressiste-conservateur met un terme à une séquence de quatre gouvernements consécutifs qui ont été au pouvoir pour un seul mandat.

Un mandat clair pour Blaine Higgs

Les Néo-Brunswickois ont voté pour une équipe qui est prête à diriger, une équipe qui prendra des décisions difficiles de façon équitable pour faire avancer notre province, a dit Blaine Higgs lors de son discours de victoire.

Ce soir, la voie est claire. On a le vent dans les voiles, il faut continuer. Les Néo-Brunswickois veulent qu’on vise plus haut, qu’on puisse progresser, en sécurité, avec la stabilité.

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur
Le chef du Parti progressiste-conservateur Blaine Higgs arrive dans son quartier général quelques minutes après avoir décroché un gouvernement majoritaire.

Le chef du Parti progressiste-conservateur Blaine Higgs arrive dans son quartier général quelques minutes après avoir décroché un gouvernement majoritaire.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Normand

Le président du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, Claude Williams, s'est pour sa part dit très heureux de voir ces résultats. On voit finalement une stabilité et une continuité. Je pense que le premier ministre Higgs va pouvoir, avec le gouvernement et ses députés, faire avancer la province.

Défait, Vickers quitte la tête du Parti libéral

Kevin Vickers s'est d'abord exprimé en français pour annoncer qu’il laissera sa place à la chefferie du Parti libéral. Visiblement émotif, le chef dit avoir fait de son mieux pour unir la province.

J’ai fait de mon mieux. J’ai essayé d’unir notre province. Comme vous le savez, nous sommes une province bien divisée. J’ai fait de mon mieux pour encourager la situation. Je vais m’impliquer d’autres façons.

C’est important que je quitte le plus tôt possible. J’ai l’intention de le faire ce soir.

Kevin Vickers, chef du Parti libéral

Kevin Vickers suivait le dévoilement des résultats à Miramichi. Il devait se rendre à Fredericton dans son quartier général plus tard en soirée, mais il en a décidé autrement.

Le chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, Kevin Vickers, assis à une table avec sa famille.

Le chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, Kevin Vickers, avant le dévoilement des résultats, à Miramichi.

Photo : Radio-Canada / Sophie Desautels

Une province divisée entre francophones et anglophones

La province semble plus divisée que jamais en cette soirée électorale. Un seul candidat francophone est élu chez les progressistes-conservateurs. Il s’agit de Daniel Allain dans Moncton-Est.

C’est un scénario qui se répète après les élections de 2018, lors desquelles seul un candidat acadien avait été élu, soit Robert Gauvin dans Shippagan-Lamèque-Miscou.

Or, Robert Gauvin a quitté le parti en février pour siéger comme indépendant, avant de grossir les rangs des libéraux. Il a été élu dans Baie-de-Shediac-Dieppe, une circonscription sans représentant depuis le départ de l'ancien premier ministre Brian Gallant.

Les libéraux ont d'ailleurs fait élire très peu de candidats anglophones.

Le Nouveau-Brunswick est divisé entre le Nord et le Sud et entre les francophones et les anglophones.

Le Nouveau-Brunswick est divisé entre le Nord et le Sud et entre les francophones et les anglophones.

Photo : Radio-Canada

Les verts conservent leurs trois députés

Le chef des verts, David Coon, est réélu pour un troisième mandat. Le parti retrouve d'ailleurs la même députation qu'aux dernières élections, Kevin Arseneau ayant été réélu dans Kent-Nord et Megan Mitton, dans Memramcook-Tantramar.

David Coon a pour sa part tenu un discours rassembleur, lundi soir. Il a présenté son parti comme le pont entre les francophones et les anglophones du Nouveau-Brunswick.

Aux Acadiens qui ont fait le choix de suivre [les verts]. Je vous promets que vous avez en moi un allié pour défendre vos choix linguistiques.

David Coon, chef du Parti vert

M. Coon a également souligné l'intérêt grandissant qu'a suscité son parti dans la province. Nous avons augmenté le vote vert dans le nord du Nouveau-Brunswick et à Moncton.

Le chef s'est aussi dit prêt à travailler avec un gouvernement majoritaire. J’avais une bonne relation de travail avec [le Parti progressiste-conservateur] donc, j’imagine que ce sera encore possible pour moi d’avoir l’influence nécessaire.

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, lors de la soirée électorale dans un bar à Fredericton.

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, lors de la soirée électorale dans un bar à Fredericton.

Photo : Mike Heenan/CBC

Deux députés pour l'Alliance des gens

Le chef de l'Alliance des gens, Kris Austin, a été réélu dans sa circonscription pour une deuxième fois.

Sa collègue dans Miramichi, Michelle Conroy, a battu le chef du Parti libéral Kevin Vickers. Lors des dernières élections en 2018, elle avait réussi à gagner contre le ministre libéral Bill Fraser. Kris Austin l'a qualifiée de « tueuse de dragon » dans son discours de victoire à Fredericton, lundi soir.

L'Alliance des gens aura deux députés à l'Assemblée législative, et non trois comme en 2018.

Kris Austin marche dans une grande salle de conférence.

Kris Austin, le chef de l'Alliance des gens, dans une salle de conférence du Fredericton Inn, le quartier général des alliancistes.

Photo : CBC / Shane Magee

Le Nouveau Parti démocratique n’a fait élire aucun député encore une fois cette année. Il a récolté 1,7 % du suffrage, une chute par rapport aux 5 % obtenus aux dernières élections.

La collaboration se poursuivra, dit Blaine Higgs

Même s'il a été élu à la tête d'un gouvernement majoritaire et qu'il n'a plus à négocier avec les députés des autres partis, Blaine Higgs dit qu'il va continuer à collaborer.

Il a cité en exemple la gestion de la pandémie. Il affirme qu'il va continuer à collaborer avec le comité pour la gestion de la COVID-19, qui rassemble des représentants de plusieurs partis.

Des réactions ailleurs au pays

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a félicité le nouveau premier ministre du Nouveau-Brunswick dans une déclaration écrite envoyée aux médias. Je suis impatient de continuer à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement provincial au moment où nous nous remettons de la pandémie mondiale de COVID-19.

Ces élections en bref

Le premier ministre sortant Blaine Higgs a déclenché des élections générales le 17 août afin de tenter de décrocher une majorité. Selon lui, cela permettrait une plus grande stabilité politique afin de gérer la crise de la COVID-19 et la relance économique.

Environ 569 000 résidents de la province avaient le droit de voter, selon Élections Nouveau-Brunswick. Plus de 130 000 personnes ont déposé leur bulletin dans l'urne lors des jours de vote par anticipation, les 5 et 8 septembre.

Selon les chiffres préliminaires, le taux de participation à ces élections en pleine pandémie (66 %) était comparable à celui des élections précédentes (67 %).

À la dissolution de l'Assemblée législative à Fredericton, on comptait 20 députés du Parti progressiste-conservateur, 19 du Parti libéral en plus du président de la Chambre, 3 députés de l'Alliance des gens, 3 du Parti vert et 1 député indépendant. Deux sièges étaient vacants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !