•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bonne année de récoltes pour certains apiculteurs de la Mauricie

Un apiculteur tient un cadre de ruche rempli d'abeilles.

L'apiculteur Raphaël Fort a fondé l'entreprise Miel des 3 Rivières en 2010.

Photo : Radio-Canada / Jacob Côté

Radio-Canada

L'été 2020 a été particulièrement sec, causant bien des maux de tête chez les producteurs de miel québécois. Mais malgré des conditions climatiques défavorables, des apiculteurs de la Mauricie ont connu une année de récolte dépassant les attentes.

Raphaël Fort, apiculteur aux Miels de 3 Rivières, a récolté plus de 10 tonnes de miel cette année, soit 3000 kilogrammes de plus qu'à l'habitude. Et la saison n’est pas terminée à sa miellerie de Trois-Rivières.

Il exploite les ruches de quelques autres producteurs de la région. Et là-bas, la chance lui sourit également.

Mais les apiculteurs du Québec n'ont pas tous la même situation.

Plusieurs apiculteurs ont produit une miellée d'été relativement normale, mais pour ce qui est de la miellée d'automne, c'est vraiment désastreux, soutient Nicolas Tremblay, conseiller apicole au Centre de recherche en sciences animales de Deschambault. La verge d'or n'est pas entrée, donc ce n'est pas une grosse année pour le miel.

Le manque de précipitations est à la source du problème.

L'été 2020 a été particulièrement sec. 27 millimètres de pluie sont tombés à Trois-Rivières, en juin, contre 107 en moyenne au pays.

S'il pleut moins à certains endroits, les plantes ne donnent pas de nectar et vont garder leur sucre, ajoute M. Tremblay. Et ce nectar, les abeilles en ont bien besoin pour se nourrir.

Mais elles n'en ont pas manqué, en Mauricie, selon Raphaël Fort.

On est chanceux d'avoir des zones où on met les ruches où il y a beaucoup de fleurs. Les producteurs de foin qui font de la luzerne ont retardé les récoltes en laissant les fleurs au champ, ce qui arrive rarement.

Parfois, être petit représente un avantage.

D’après un reportage de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !