•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

YUL-ai : quand le divertissement rencontre l’intelligence artificielle

Une communauté unissant ces deux industries verra bientôt le jour à Montréal.

Le texte « YUL-ai », répété plusieurs fois sur un fond jaune.

YUL-ai tiendra du 30 septembre au 2 octobre un événement de lancement où se dérouleront des ateliers, des conférences, des classes de maître, des panels de discussion et des activités de maillage.

Photo : YUL-ai

Radio-Canada

Les arts de la scène, la musique, le sport et le tourisme ne sont pas nécessairement les premiers domaines qui nous viennent à l’esprit lorsqu’on pense à l’intelligence artificielle (IA). C’est pour cette raison que sera lancée à la fin du mois, à Montréal, la communauté YUL-ai, où les industries du divertissement et de l’IA pourront se rencontrer et explorer le potentiel des algorithmes dans le secteur culturel.

On a réalisé en discutant avec les gens des deux milieux qu’il y avait très peu de communication entre les deux écosystèmes, raconte Annie Mailloux, directrice des alliances stratégiques de YUL-ai. Mais il y a un énorme potentiel d’affaires.

Au départ, l’idée était de tenir une grande rencontre annuelle rassemblant ces deux importantes communautés dans la métropole.

Tout ça a rapidement changé, en partie à cause de la pandémie, mais aussi parce que ce n’était pas assez pour créer de l’engouement et de vraies occasions d’affaires, explique Annie Mailloux. 

Or, YUL-ai tiendra du 30 septembre au 2 octobre un événement de lancement où se dérouleront des conférences, des ateliers, des classes de maître, des panels de discussion et des activités de maillage. Une discussion entre le cofondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, et Basil Bouraropoulos, cofondateur de la firme montréalaise Stradigi AI, lancera le bal.

Mesures sanitaires obligent, seules 150 personnes pourront assister à l’événement en personne, aux studios des 7 Doigts de la main. Le reste des 1500 participants et participantes pourra suivre l’événement et tisser des liens à l’aide d’une application mobile.

D’autres événements plus privés et traitant de sujets plus pointus se tiendront ensuite tout au long de l’année, afin de garder la communauté active.

Applications inattendues

Quand on parle de l’IA à Montréal, on entend beaucoup parler de santé, de médecine et d’éducation. On ne pense pas à comment Spotify peut reconnaître nos goûts à partir de nos recherches ou des styles qu’on écoute, ou à comment c’est l’IA qui traite les images lorsqu’un visage est transposé sur un autre en postproduction d’un film, souligne la directrice des alliances stratégiques de YUL-ai.

Il reste que les applications les plus intéressantes de l’IA dans le milieu du divertissement ne sont peut-être pas encore connues, et Annie Mailloux souhaite que la communauté YUL-ai puisse contribuer à leur développement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !