•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des responsables des services de garde manifestent en Gaspésie et aux Îles

Une dizaine de personnes manifestent se tiennent debout sur la pelouse devant l'hôpital de Maria. Elles portent des couvre-visages et des dossards de leur syndicat.

Une dizaine de responsables de service de garde ont manifesté lundi devant l'hôpital de Maria.

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

Radio-Canada

Les responsables des services de garde en milieu familial affiliés à la CSN étaient en grève lundi, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, pour exiger de meilleures conditions de travail.

À Maria, des dizaines de responsables de service de garde (RSG) ont manifesté devant l'hôpital. Aux Îles-de-la-Madeleine, une vingtaine de responsables ont participé à un rassemblement à Cap-aux-Meules.

Cette journée de mobilisation s'inscrivait dans le cadre d'une grève tournante au Québec qui s'amorçait lundi dans la région pour se poursuivre jusqu'à vendredi. Ces entrepreneures, majoritairement des femmes, dénoncent leurs conditions de travail qu'elles jugent inacceptables et demandent notamment un meilleur salaire.

Ça tourne autour d'un salaire annuel d'environ 27 000 $ et il faut comprendre qu'on fait au-delà de 60 heures par semaine, a affirmé la présidente du Syndicat des RSG en milieu familial de la MRC de Bonaventure, Katleen Chassé.

Katleen Chassé accorde une entrevue à Radio-Canada pendant la manifestation des responsables de service de garde.

Katleen Chassé est présidente des RSG en milieu familial de la MRC de Bonaventure.

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

Elle explique que les RSG s'occupent des enfants dix heures par jour, cinq jours par semaine, et qu'après leur départ, elles doivent nettoyer et désinfecter les lieux, en plus de préparer les repas et les activités pour la journée suivante.

Or, Québec ne leur reconnaît actuellement que 35 heures de travail par semaine.

Nous sommes en négociation depuis plus de 18 mois et ça n'avance pas. Depuis des années, on s’appauvrit avec des subventions qui ne suivent pas le coût de la vie et à un moment donné on regarde ailleurs parce qu'on se dit : "quand est-ce qu'ils vont valoriser nos services?"

Katleen Chassé, présidente du Syndicat des RSG en milieu familial de la MRC de Bonaventure

Les entrepreneures demandent donc aux parents de comprendre leur réalité, d'autant plus que la pandémie a encore alourdi leurs tâches.

Il faut désinfecter, prendre plus de précautions. Ça fait deux semaines qu'on nous demande de faire des sondages tous les jours [concernant les symptômes de la COVID-19]. C'est obligatoire et c'est important, mais en même temps, on se voit toujours ajouter des tâches et en contrepartie nous n'avons aucune prime COVID, on n'a pas d'augmentation, déplore Mme Chassé.

Une dizaine de personnes manifestent devant l'hôpital de Maria.

Les responsables de service de garde en milieu familial réclament de meilleures conditions de travail et une valorisation de leur métier.

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

Elle ajoute que certains parents se disent prêts à payer davantage pour conserver leurs services.

On a le soutien des parents, ils viennent témoigner pour la cause parce qu'ils veulent travailler, ils veulent des services de garde, mais ils n'en ont pas. Dans la région, on a déjà été au-delà de 90 RSG, maintenant ça tourne autour d'une soixantaine. Si on veut de la relève, il faut vraiment que cette profession soit valorisée, martèle Mme Chassé.

Un conciliateur a été nommé afin de reprendre les échanges entre la CSN et le gouvernement dans ce dossier.

Avec les informations de Pierre Cotton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !