•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campagne d'inspection de fosses septiques pour protéger les cours d'eau

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des chaloupes sur le lac Saint-Charles

Des chaloupes sur le lac Saint-Charles

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

L'organisme AGIRO en collaboration avec la Ville de Québec lance deux mois de caractérisation de 250 fosses septiques. L'objectif est de conscientiser les citoyens et éviter des fuites d'eaux usées dans les cours d'eau, dont le lac Saint-Charles qui est la source d'eau d'au moins 300 000 résidents de Québec.

En connaissant mieux les installations qui sont sur place et leur état, AGIRO veut sensibiliser les propriétaires pour une bonne utilisation des installations autonomes en les invitant à mener une mise à jour, si nécessaire.

Le lac Durand.

Le lac Durand.

Photo : Radio-Canada / Maxime Denis

L'exemple du lac Durand, à Stoneham-et-Tewkesbury, démontre bien l'importance de vérifier ses installations autonomes. Les 400 fosses septiques installées autour de l'étang de moins de cinq kilomètres carrés augmentent les dépôts de sédiments. Il a déjà perdu la moitié de sa superficie avec le temps.

Tous les lacs vieillissent naturellement à partir du moment qu'ils sont créés. Les lacs au Québec ont tous été créés lors du passage, à la fin de la dernière glaciation environ dix à douze mille ans. Selon leur profondeur et leur taille, ils vont se combler naturellement avec les matières organiques qui s'y déposent, explique la coordonnatrice scientifique chez AGIRO, Sonja Behmel.

Un exemple de comblement par le vieillissement du lac Durand.

Un exemple de comblement par le vieillissement du lac Durand.

Photo : Radio-Canada / Maxime Denis

Le rôle citoyen

Les résidents autour des lacs jouent un rôle primordial dans ce vieillissement, selon l'organisme. Surtout en ces temps de pandémie, où plusieurs se retrouvent en télétravail. Ils mettent davantage de pression sur les lacs.

À partir du moment que les humains s'y installent, ils créent de l'érosion. Ils créent de la matière organique supplémentaire par la coupe des arbres, construction de routes, par les installations septiques autonomes, raconte Sonja Behmel. Ainsi, les lacs reçoivent plus de matières organiques, plus d'éléments nutritifs, donc ils vieillissent ou s’atrophient et se comblent plus rapidement que dans un contexte complètement naturel.

Les lacs deviennent ainsi des milieux humides, des tourbières. Des espaces tout de même bénéfiques pour l'environnement pour réguler le débit des lacs et rivières, pour retenir l'eau lors de fortes pluies et la redonner en temps de sécheresse.

Une fosse septique et un champ d'épuration.

Illustration des installations sanitaires autonomes.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Morin

C'est important, quand on achète une maison, de s'informer sur l'âge de notre installation, de s'informer, de s'assurer qu'il y a un certificat de conformité parce que sinon, on peut avoir de mauvaises surprises. Ça peut coûter très cher rapidement, souligne Marie-Joëlle Desgagné, chargée de projet chez AGIRO.

Idéalement, le champ n'a pas d'arbre autour de lui sur une distance d'au moins deux mètres.

C'est vraiment de travailler avec les gens pour qu'ils se rendent compte de l'importance qu'ils ont sur leurs cours d'eau, leurs lacs, leurs puits , conclut la chargée de projet Marie-Joëlle Desgagné.

Les sédiments sont de plus en plus présents dans le fond des lacs.

Des fuites provenant de fosses septiques peuvent contaminer d'autres puits et cours d'eau.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Morin

La durée de vie moyenne d'une installation est d'environ vingt ans. Plusieurs enjeux entrent en ligne de compte comme le type de sol, la quantité de personnes vivant dans la maison et l'attention donnée à la fosse septique.

Ces inspections mèneront éventuellement à une planification complète du territoire.

Saviez-vous que ?

20 à 30 % des coliformes fécaux présents dans l'eau proviennent des chiens, selon une étude de l'Université de Floride du Sud. Si le meilleur ami de l'homme défèque tout l'hiver sur la neige, au printemps, lors de la fonte, les résidus s'en vont directement dans l'eau du lac. Il s'agit d'un vecteur de maladies transmissibles à l'humain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !