•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’usine Kruger de Sherbrooke ferme ses portes

L'usine vue de l'autre côté de la rivière.

L'usine Kruger du district Brompton de Sherbrooke s'apprête à fermer ses portes.

Photo : Radio-Canada / Daniel Mailloux

Radio-Canada

Le plan de relance à l’étude pour relancer l'usine Kruger de Sherbrooke a échoué alors que la direction de l'entreprise annonçait lundi qu’elle licenciait 189 employés.

En avril dernier, Kruger, qui produit à Sherbrooke du papier journal et de spécialité, avait annoncé qu’elle fermait temporairement son usine de l'arrondissement Brompton.

L’usine avait alors soutenu que la situation déjà difficile sur le marché était exacerbée par la pandémie.

Les personnes qui étaient donc en congé forcé en attendant le plan de relance seront officiellement licenciés à compter du 3 octobre prochain.

Au total, Kruger conservera à Sherbrooke 25 travailleurs pour le redémarrage de la centrale de cogénération. Les activités de traitement des eaux seront aussi maintenues.

On ne lance pas la serviette!

Jean Majeau, vice-président principal affaires corporatives et communications chez Kruger

Cette annonce a été faite parce que le délai légal de six mois d’arrêt temporaire des activités tirait à sa fin et qu’aucune solution n’avait encore été trouvée, comme l’explique le vice-président principal affaires corporatives et communications chez Kruger, Jean Majeau. Mais Kruger tente toujours de trouver un nouveau modèle d’affaires pour assurer la survie de l’usine.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, Pierre Fitzgibbon, se dit toujours confiant. Les discussions sont courtoises, c’est un secteur qu’on peut supporter. [...] Mais 100M$, avec l’argent du public, il faut le faire comme il faut, explique-t-il. 

Le ministre Fitzgibbon note toutefois que le projet de relance prendra de nombreux mois avant de se concrétiser.

Après six mois d’arrêt temporaire, la nouvelle n’a donc pas surpris le président du syndicat des travailleurs de la Kruger, Sébastien Carrier-Provencher.

C’est sûr qu’on est déçus de voir qu’ils n’ont pas réussi à percer dans quelque chose qui était viable à long terme.

Sébastien Carrier-Provencher, président du syndicat des travailleurs des pâtes et du papier de Brompton

Il garde tout de même espoir qu’un plan de relance viable soit déposé au cours des prochains mois.

D’ailleurs, l’usine sera chauffée tout l’hiver pour assurer le bon fonctionnement de la machinerie et des installations et une reprise rapide dans l’éventualité d’un plan de relance viable.

Un comité de reclassement sera aussi mis sur pied pour permettre aux travailleurs licenciés de se trouver de nouveaux emplois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !