•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alertes régionales : la Matanie et la Matapédia solidaires avec le reste du Bas-Saint-Laurent

La Municipalité cherche une source d'eau depuis deux décennies.

Les préfets de la MRC de La Matapédia et de La Matanie ne veulent pas séparer leurs municipalités du reste du Bas-Saint-Laurent (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le Bas-Saint-Laurent saura mardi s’il passe du palier « vigilance » au palier « préalerte » , selon le nouveau système d’alertes régionales du gouvernement du Québec. Dans l’éventualité où la région basculerait du code vert au code jaune, les MRC de La Matapédia et de La Matanie disent vouloir rester solidaires avec le reste de la région et écartent le principe des sous-régions, même si l'augmentation des cas de COVID-19 se trouve plus à l’ouest du territoire, pour l'instant.

Un tout premier cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie a été confirmé pour la MRC de La Matanie lundi. Pour la MRC de La Matapédia, les cas sont passés de 5 à 12 au courant de la fin de semaine.

Or, dans l’ensemble du Bas-Saint-Laurent, plus d'une centaine de nouveaux cas ont été recensés en l'espace de cinq jours, principalement dans les MRC de Kamouraska, Rivière-du-Loup et Rimouski-Neigette.

Même si l'est de la région est passablement épargné jusqu'à maintenant, le préfet de la MRC de Matane, Andrew Turcotte, croit que cela ne veut pas dire que cette portion de territoire est à l'abri d'une éventuelle éclosion.

Il faut comprendre que [le virus] peut arriver en tout temps, le monde voyage beaucoup entre Matane, Rimouski et Mitis et c’est la même chose pour la Matapédia. On est constamment en mouvement.

Andrew Turcotte, préfet de la MRC de La Matanie

Le préfet repousse donc l’idée de diviser le Bas-Saint-Laurent en sous-régions, advenant que le territoire passe en mode préalerte.

Je considère qu’il faut être solidaire avec les autres régions, on ne peut pas se séparer des autres régions, on est à moins d’une heure de Rimouski et pour la Mitis, on est encore plus près, soutient Andrew Turcotte. 

La préfète de la MRC de La Matapédia, Chantale Lavoie, est du même avis.

Il faut faire face à ce virus-là, les gens ont eu le temps de se préparer, défend-elle. Il ne faut juste pas baisser le garde, je pense qu’il est là le message.

La semaine dernière, alors que les foyers d’éclosions n’avaient pas encore atteint Rimouski, le maire de la ville, Marc Parent souhaitait pour sa part que la santé publique mette de l’avant le principe des sous-régions.

Un avertissement pour la région de la Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine

De son côté, le directeur de la santé publique Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, Yv Bonnier-Viger, note que l’augmentation des cas de COVID-19 dans la région du Bas-Saint-Laurent rappelle que le virus est bien présent.

Même si nous avons des conditions favorables actuellement dans notre région de la Gaspésie et aux Îles, le même phénomène pourrait apparaître n’importe quand, prévient-il.

La règle reste que si on respectait bien toutes nos mesures, virulent ou pas, le virus serait mis en échec.

Yv Bonnier-Viger, directeur régional de la santé publique Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine

La plupart des nouveaux cas dénombrés au Bas-Saint-Laurent sont liés à des foyers d'éclosion associés à des fêtes privées et des rassemblements dans des bars.

Yv Bonnier-Viger indique toutefois que les gens peuvent toujours se rassembler pour l’instant, mais qu’il faut le faire dans des conditions qui permettent de freiner la propagation du virus en portant un masque, en se lavant les mains, en respectant le deux mètres de distance et en évitant de se rassembler lorsque l’on présente des symptômes.

Quand on organise un rassemblement, il faut réfléchir à ça : est-ce que je vais faciliter la propagation du virus, ou je vais lui nuire?

Yv Bonnier-Viger

De concert avec Yv Bonnier-Viger, les préfets des MRC de La Matanie et de La Matapédia appellent à la vigilance au sein de la population face au respect des règles sanitaires.

Comme il n’y avait pas beaucoup de cas, on sentait un petit relâchement, note Chantale Lavoie. Il faut être prudent, il faut rester vigilants.

Il est sournois le virus, il faut faire comme s’il était toujours là. La situation de cette fin de semaine est là pour nous le rappeler.

Chantale Lavoie, préfète de la MRC de La Matapédia

Andrew Turcotte met de l’avant que la maladie est encore très méconnue et déplore le fait que plusieurs la banalisent. Une chose est sûre, il ne faut pas oublier que c’est une maladie qui peut laisser des séquelles et des problèmes à long terme, ajoute le préfet.

Contrairement à sa région voisine, la situation reste stable pour la Gaspésie-les-Îles-de-la-Madeleine. Son dernier bilan fait état d'un seul nouveau cas de COVID-19 sur son territoire, lundi.

D'après des entrevues réalisées par Isabelle Lévesque

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !