•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des laboratoires français et suédois confirment l'empoisonnement de Navalny

Le militant de l'opposition russe Alexeï Navalny lors d’une marche à Moscou.

Des laboratoires français et suédois ont confirmé que l'opposant russe Alexeï Navalny avait été empoisonné au Novitchok.

Photo : Associated Press / Pavel Golovkin

Agence France-Presse

Des laboratoires français et suédois ont confirmé que l'opposant russe Alexeï Navalny avait bel et bien été empoisonné au Novitchok, accentuant la pression mise sur Moscou pour faire la lumière sur cette affaire.

Un laboratoire militaire allemand avait déjà conclu le 3 septembre à l'empoisonnement de l'opposant russe par ce puissant agent neurotoxique, ce que Moscou conteste.

Pour étayer la thèse d'un usage de cet agent neurotoxique, le gouvernement d'Angela Merkel a donc demandé à d'autres partenaires européens, à savoir la France et la Suède, de vérifier de manière indépendante les preuves allemandes, a annoncé lundi le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert.

Les résultats de cet examen par des laboratoires spéciaux en France et en Suède sont maintenant disponibles et confirment les preuves allemandes, a révélé M. Seibert.

En Suède, c'est le laboratoire spécialisé dans les substances hautement toxiques de l'Agence suédoise de la recherche sur la Défense, basée à Umea, qui a analysé les échantillons.

Outre la Russie, il est peu probable qu'un autre pays signataire de la Convention [sur l'interdiction des armes chimiques] puisse obtenir cet agent neurotoxique, a commenté Asa Scott, chef de division pour la défense et la sécurité au sein de cette agence.

L'OIAC fera ses propres analyses

Avec un laboratoire militaire allemand, ce sont désormais trois laboratoires qui ont fourni de manière indépendante la preuve qu'un agent neurotoxique du groupe Novitchok est la cause de l'empoisonnement de M. Navalny, a de son côté résumé M. Seibert.

Cet agent hautement toxique avait déjà été utilisé contre l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia en 2018 en Angleterre, selon les autorités britanniques.

Considéré comme une arme chimique, le Novitchok se présente le plus souvent sous la forme d'une fine poudre susceptible de pénétrer les pores de la peau ou les voies respiratoires.

L'utilisation du Novitchok constitue une grave violation de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, a rappelé lundi le porte-parole du gouvernement allemand.

Berlin a donc sollicité l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) dans l'analyse des preuves dans l'affaire Navalny, a prévenu M. Seibert. L'OIAC a ainsi prélevé des échantillons de M. Navalny et a pris les mesures nécessaires pour les faire analyser par les laboratoires de référence de l'OIAC, a-t-il précisé.

Le gouvernement allemand a dans ce contexte réitéré l'appel lancé à la Russie pour qu'elle apporte des éclaircissements à ce qu'il s'est passé, selon le porte-parole. Nous sommes en contact étroit avec nos partenaires européens au sujet des prochaines étapes, a-t-il aussi fait valoir.

La Russie nie toujours son implication

La question de sanctions reste sur la table, comme l'avenir du projet de gazoduc Nord Stream 2, mené par la Russie et plusieurs pays européens, avec au premier chef l'Allemagne.

Côté russe, la police avait annoncé vendredi vouloir interroger l'opposant, qui a été transporté en Allemagne après son empoisonnement, survenu le 20 août lors d'un déplacement en Sibérie.

La Russie a demandé à ce que Berlin remette l'ensemble de son dossier sur l'opposant russe, notamment les analyses du laboratoire militaire allemand.

Les autorités russes affirment que leurs analyses, effectuées lors de l'hospitalisation de l'opposant à Omsk, en Sibérie, avant son transfert vers l'Allemagne, n'avaient révélé aucune substance toxique dans l'organisme de M. Navalny.

L'opposant russe, qui dénonce de longue date la corruption de l’élite russe, a été sorti du coma artificiel le 7 septembre. Il est cependant encore trop tôt pour savoir s'il conservera des séquelles de cet empoisonnement, a prévenu à plusieurs reprises l'hôpital berlinois de la Charité où il est soigné.

Les alliés de M. Navalny ont revendiqué dimanche des victoires aux élections régionales dans deux villes sibériennes, dont une, symbolique, à Tomsk, la ville où il aurait été empoisonné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !