•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conducteurs de VTT sont priés de céder la priorité aux chevaux

Une femme sur un cheval le long d'un petit chemin de terre dans la forêt.

L’instructrice Pearl Macgregor explique que les actions d’un cheval effrayé par un véhicule tout-terrain peuvent être imprévisibles.

Photo : CBC/Tony Davis

Radio-Canada

La Fédération des véhicules tout-terrain (VTT) de l’Île-du-Prince-Édouard rappelle à ses membres d’être prudents lorsqu’ils croisent des personnes qui font de l’équitation sur les pistes de randonnée.

Lorsque vous voyez un piéton ou un cheval, un coureur ou un marcheur, assurez-vous tout d’abord qu’ils vous voient et soient conscients de votre présence, recommande le directeur de la Fédération, Peter Mellish.

Certains conducteurs de VTT ne savent peut-être pas comment réagir lorsqu’ils croisent une personne à cheval, explique-t-il, et il leur conseille de céder la priorité au cheval.

Les personnes en VTT devraient même s’immobiliser le long du sentier pour laisser passer le cheval, couper le contact du moteur et retirer leur casque pour parler au cavalier en cas de besoin, recommande M. Mellish.

La personne peut se trouver sur un jeune cheval inexpérimenté qui peut être effrayé au passage d’un VTT, explique-t-il.

La propre fille de M. Mellish a fait de l'équitation dans le passé, c’est pourquoi il sait ce qui peut se produire lorsqu’un cheval est effrayé. Il dit qu’il faut respecter un animal au poids lourd qui risque d’échapper au contrôle du cavalier.

Peter Mellish interviewé sur son véhicule le long d'une piste en forêt.

La fédération des amateurs de véhicules tout-terrain (VTT) de l’Île-du-Prince-Édouard sensibilise ses membres dans l'espoir de résoudre toute difficulté, explique son directeur, Peter Mellish.

Photo : CBC/Tony Davis

Pearl Macgregor, instructrice certifiée en équitation et dresseuse de chevaux, possède une écurie le long du chemin Clyde, un chemin de terre dans la région de Hazelgrove.

Nous faisons marcher les chevaux sur le chemin de l’écurie jusqu’à la piste équestre et nous croisons fréquemment des VTT. Il est très important que les conducteurs soient conscients de notre présence sur le chemin, indique Mme Macgregor.

Elle conseille aux conducteurs de ralentir dès qu’ils aperçoivent quelqu’un à cheval. Il y a peu d’endroits où un cheval peut s’enfuir s’il a peur, dit-elle. Le cheval peut soudainement s’enfuir dans une direction imprévue, par exemple dans la forêt. C’est inquiétant pour la sécurité du cheval et du cavalier ainsi que pour celle du conducteur du VTT si le cheval se lance dans sa direction, explique-t-elle.

Si le cheval montre des signes de nervosité, il faut lui donner de l’espace. Plus l'animal dispose d’espace sur la route, le mieux ce sera pour tout le monde, souligne Mme Macgregor.

Dans la plupart des cas, ajoute Pearl Macgregor, les conducteurs de VTT solitaires qu’elle croise lorsqu’elle est à cheval savent ce qu’il faut faire dans les circonstances, mais certains problèmes surviennent parfois lorsqu’ils circulent en groupe.

Les groupes de VTT peuvent compter une quinzaine de participants qui circulent rapidement en faisant beaucoup de bruit, explique Pearl Macgregor. Il est étonnant, dit-elle, qu’ils ne ralentissent pas malgré les enseignes qui les préviennent de la présence possible de chevaux sur la route.

La Fédération tente de sensibiliser ses membres à ce sujet. Elle a publié un message sur sa page Facebook pour leur rappeler les règles et elle a reçu des commentaires généralement positifs de leur part et de la part de cavaliers.

Avec les renseignements de Tony Davis, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !