•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse prononcée du nombre de faillites à Terre-Neuve-et-Labrador

Sean Stack interviewé le long de la rue.

Le nombre de faillites diminue à Terre-Neuve-et-Labrador depuis le mois de mars, indique Sean Stack, syndic autorisé en insolvabilité.

Photo : CBC/Peter Cowan

Radio-Canada

La baisse remarquable du nombre d’insolvabilités et de faillites constatées au cours des derniers mois à Terre-Neuve-et-Labrador est peut-être le résultat d’un cycle naturel après des années à la hausse, ou elle est peut-être entraînée par la pandémie, selon un intervenant en ce domaine.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

En janvier, février et durant la première moitié de mars, nous étions plus occupés que jamais, mais depuis l’arrivée du coronavirus le nombre a diminué de 55 % à 60 % ou plus chaque mois comparativement à l’année dernière, souligne le syndic autorisé en insolvabilité Sean Stack.

Cinquante faillites ont été enregistrées dans la province en juillet 2020 contre 139 en juillet 2019, selon le Bureau du surintendant des faillites du Canada. Le nombre total d’insolvabilités était de 126 en juillet dernier contre 280 le même mois l’année dernière.

Ces données peuvent sembler contre-intuitives étant donné le nombre de personnes qui ont perdu leur emploi ou vu baisser leur nombre d’heures de travail à cause du confinement, mais ces travailleurs ont pu recevoir de l’aide.

Les gens ont pu reporter des versements hypothécaires, des paiements d’intérêts, le remboursement d’un prêt étudiant, indique par exemple M. Stack.

Il ajoute que les gens qui ne travaillent plus et ceux qui travaillent à leur domicile font moins de dépenses s’ils ne paient plus de services de garde.

Le nombre de faillites notées ces dernières années diminue peut-être naturellement après avoir atteint un sommet ou des gens arrivent peut-être à reporter une faillite inévitable, explique M. Stack.

Le but du report de tous ces paiements était d’aider les ménages à surmonter les difficultés financières entraînées par la pandémie en attendant le retour à la normale, rappelle-t-il.

Sean Stack ajoute que certaines variables demeurent inconnues, par exemple ce qui va se produire quand le gouvernement fédéral n'offrira plus la prestation canadienne d’urgence et si des emplois suspendus ne sont pas rétablis.

Avec les renseignements de Peter Cowan, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !