•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ligne de la Confédération souligne son premier anniversaire

L’inauguration du tant attendu train léger d'Ottawa a eu lieu le 14 septembre 2019.

Le train passe sous une structure.

La ligne de la Confédération a été ouverte au public l'après-midi du 14 septembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Douze mois ont passé depuis l’inauguration du tant attendu train léger le 14 septembre 2019. Il y a un an, politiciens tout comme citoyens voyaient en ce projet l’avenir du transport en commun à Ottawa et la solution aux problèmes de circulation.

Toutefois, ces rêves se sont rapidement assombris. Les déceptions ont été nombreuses au fil des mois et, surtout, au fil de nombreux problèmes techniques.

Pourtant, le train léger était voué à devenir une source de fierté en dotant la capitale nationale d’un transport en commun moderne digne des grandes villes du monde.

Un train en gare à la station du Pré Tunney

La station du Pré Tunney, à Ottawa

Photo : Radio-Canada / Andrew Lee

Aujourd’hui, la pandémie a vidé les trains de ses principaux usagers, les travailleurs du centre-ville, causant ainsi d’importantes pertes financières à OC Transpo.

La Ville d’Ottawa refuse de payer au consortium le montant qui lui est dû en raison de son insatisfaction. Les problèmes techniques ne sont pas tous réglés.

  Une personne attend le train léger.

Peu de voyageurs attendent le train léger à la station Blair.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Que retiennent Jim Watson et John Manconi de cette première année ?

Je suis déçu du manque de constance et de fiabilité de l’offre de services… Par contre, en toute équité, on a remarqué dans les quatre cinq dernières semaines une amélioration de la qualité du service. Il y a eu une seule petite interruption, parce qu’une personne se trouvait sur les rails, mais si on met cet événement de côté, c’est mieux. On continue de faire pression sur le consortium pour qu’il y ait une fiabilité de 99 % quotidiennement.

Jim Watson, maire de la Ville d’Ottawa
Jim Watson répond aux questions des journalistes, à l'extérieur, au printemps.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Ça a été une année marquée par la résilience. Vous savez, c’est plus facile de diriger lorsque les choses vont bien. Mais personnellement, lorsque je regarde en arrière, aussi difficile que ça a pu être pour moi, pour le personnel, les usagers et les conseillers, je dors bien la nuit, parce que nous avons fait tout ce que nous pouvions faire. C’est un honneur de diriger OC Transpo et faire partie de ce changement. On va passer au travers.

John Manconi, directeur général d’OC Transpo
M. Manconi à la table du conseil.

John Manconi, directeur général d'OC Transpo, lors d'un conseil municipal d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Giacomo Panico

Voici quelques faits saillants de l'année 2019-2020 :

Septembre :

  • Après un an de retard, la ligne de la Confédération est finalement ouverte au public l'après-midi du 14 septembre 2019. Le maire d’Ottawa Jim Watson déclare alors : L'avenir du transport en commun à Ottawa commence maintenant.
  • Le 16 septembre, deux jours plus tard, à l’heure de pointe, surviennent quelques pépins techniques causant les premiers retards.
  • Les plaintes se multiplient durant les jours suivants auprès d’OC Transpo. Les usagers disent ne pas être informés correctement. L'agence promet de faire mieux.

Octobre :

  • Le 7 octobre, les dizaines de lignes d’autobus que doivent remplacer les services du train léger sont retirées.
  • Le premier problème grave de la ligne se produit le lendemain lorsqu'une porte de train est bloquée par un usager. Cela provoque des retards. Le même scénario se produit le 9 octobre.
  • Le 10 octobre, il y a une panne d'ordinateur pendant l'heure de pointe du matin. Il s’agit de la troisième journée consécutive de perturbations sur les lignes du train léger. De plus, des messages unilingues diffusés dans les trains sont critiqués.
  • D’autres problèmes surviennent le 22 octobre, mais cette fois dans les gares. Des usagers glissent sur les dalles mouillées par de fortes averses à la gare Lyon et à celle du Parlement.
Des passants sortent de l'édicule de la station Lyon du train léger d'Ottawa.

La station Lyon du train léger d'Ottawa compte deux édicules, dont un sur la rue Lyon.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Novembre :

Une courroie de sécurité dans le train léger

On critique le manque de courroies de sécurité dans les wagons du train léger.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Décembre :

  • Malgré les nombreux problèmes, des documents révèlent que le Groupe de transport Rideau (GTR), le consortium de construction du train léger, avait obtenu la meilleure note technique parmi tous les soumissionnaires du projet.
  • OC Transpo promet que des sangles de stabilité seront installées sur tous les trains d'ici la fin janvier.

Janvier :

Train léger d'Ottawa arrêté à une station en hiver.

Selon des documents obtenus par CBC, les périodes de temps froid ont causé plusieurs problèmes au futur train léger d'Ottawa, notamment aux freins et au système de chauffage.

Photo : Radio-Canada

Février :

Le maire Jim Watson et les conseillers municipaux de la Ville d'Ottawa

Des conseillers de la Ville d'Ottawa ont envisagé d'annuler le contrat avec GRT.

Photo : Radio-Canada / Stéphane Leclerc

Mars :

  • Après plusieurs mois de dysfonctionnements, le 10 mars, la Ville d'Ottawa émet un avis de manquement au Groupe de transport Rideau. Le groupe a jusqu'au 31 mars pour présenter un plan crédible pour fixer la ligne de la Confédération.
  • La propagation de la COVID-19 commence à Ottawa. OC Transpo doit se conformer aux nouvelles normes sanitaires dont notamment procéder à un nettoyage accru des trains.
  • La fréquentation est à la baisse. Il y a d’importantes réductions de service dès le 27 mars.

Avril :

  • Le 8 avril, les conseillers de la Ville d’Ottawa apprennent que le GTR a répondu aux plaintes contenues dans l’avis de manquement déposé en mars, mais reste vague sur l’amélioration de ses services.

Mai :

  • Le GTR n’a toujours pas partagé son échéancier pour régler les problèmes. Le patron d’OC Transpo, John Manconi, déclare que c’est inacceptable.
  • Avec une fréquentation toujours faible en raison de COVID-19, la ligne est fermée le 31 mai pour quatre jours de réparations.
Une affiche sur la porte extérieure d'un immeuble donnant accès au train léger rappelle que le port du masque est requis.

Le port du masque est obligatoire depuis le 15 juin dans le train léger et les autobus d'OC Transpo (archives).

Photo : Radio-Canada / Trevor Pritchard/CBC

Juin :

Juillet :

Août :

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !