•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grogne se transporte sur un autre tronçon du REV de Valérie Plante

Les deux pistes cyclables sur la voie de la rue Bellechasse, à Montréal.

800 places de stationnement ont été retranchées sur la rue Bellechasse.

Photo :  Radio-Canada

Des commerçants, des restaurateurs et des pharmaciens établis sur la rue Bellechasse, à Montréal, estiment que leur survie est menacée par les deux pistes cyclables faisant partie du Réseau express vélo (REV).

Une douzaine de ces propriétaires de commerces ont fait parvenir une lettre à l'administration municipale jeudi.

On peut entre autres y lire que : la décision d'orchestrer des changements cet été [...] en interdisant le stationnement des deux côtés de la rue Bellechasse, au profit de deux pistes cyclables [...] rend pratiquement impossible les livraisons [....] et diminue de façon draconienne la qualité de vie des résidents de la rue qui sont en mal de trouver un espace de stationnement près de leur résidence.

Le Réseau express vélo (REV) a été déployé en juin sur la rue Bellechasse et s'étend désormais de chaque côté de la voie. Avant les travaux d'aménagement du REV, les citoyens pouvaient se stationner de part et d'autre de la rue, ce qui est devenu impossible depuis que ces deux pistes ont été aménagées. Au total, ce sont 800 places de stationnement qui ont été retranchées sur 6 km.

Une rencontre a été organisée avec des commerçants et des directeurs d'école de quartier pour essayer de trouver une solution, explique un des signataires de la lettre et président chez Notam Placement Média, David Martin.

C'est une décision chaotique qui cause préjudice à énormément de personnes, autant pour les citoyens que les conducteurs.

Une citation de :David Martin, président chez Notam Placement Média

Pas opposés aux pistes cyclables

Les propriétaires de commerces réclament une rencontre avec la mairesse Valérie Plante ou le maire de l'arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, François Croteau. Ils précisent par ailleurs qu'ils ne sont pas opposés à l'idée d'implanter des pistes cyclables à Montréal. Bien au contraire, ils estiment que l'initiative est pertinente pour le bien-être des Montréalais, mais ils déplorent le manque de dialogue et une décision cavalière de la Ville.

Je crois en l'équilibre, je crois qu'il faut des pistes cyclables sécuritaires, mais en contrepartie, je crois qu'il y aurait de l'espace pour des places de stationnement, soutient Manon Lozeau-Simard, propriétaire d'un immeuble sur la rue Bellechasse.

Le coût des taxes est immense! Notre immeuble sur Bellechasse et Saint-Hubert nous coûte au-dessus de 100 000 dollars de taxes par année. [...] Sans stationnement? Ça ne se peut pas.

Une citation de :Manon Lozeau-Simard, propriétaire

Valérie Plante souligne que le projet du REV était connu depuis un moment, tout en précisant qu'elle demeure à l'écoute des citoyens et des commerçants. Le secteur Bellechasse était planifié depuis longtemps, les travaux ont commencé en bonne et due forme et les contrats ont été donnés il y a longtemps, a-t-elle affirmé.

L'arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie rappelle aussi que le REV de Bellechasse est un projet planifié et structuré, qui reprend les objectifs et les intentions annoncés publiquement depuis de nombreuses années. Ces aménagements ont récolté un appui de taille dans un récent sondage Léger : plus de 65 % des citoyens se sont prononcés en faveur.

Près de 4400 citoyens ont signé une pétition réclamant le retour des places de stationnements sur la rue Bellechasse. Une autre pétition circule parmi les commerçants.

Le REV est un projet de voies cyclables de 184 km réparties sur 17 axes accessibles 12 mois par année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !