•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie de COVID-19 plane sur l’Halloween en Ontario

Un enfant et sa mère déguisés pour l'Halloween.

C'est dans plus d'un mois, mais les experts de la santé préparent déjà les gens à la possibilité que l'Halloween soit très différente cette année en raison de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

La médecin-chef de Santé publique Ottawa, la Dre Vera Etches, pense qu'il y a de l'espoir pour l'Halloween cette année — même si les parents et les enfants devront peut-être faire preuve de créativité s'ils veulent la célébrer.

Les costumes et les friandises peuvent être manipulés de façon sécuritaire, a déclaré la Dre Etches aux journalistes lors d'une conférence de presse vendredi.

Bien qu’il n’y ait pas encore de directives officielles concernant les mesures sanitaires pour encadrer l’Halloween en Ontario, le médecin en chef de la province, David Williams, a déclaré la semaine dernière qu'il pourrait demander aux gens de limiter leurs activités pendant la nuit la plus effrayante de l'année.

Les experts affirment que le contact étroit avec des étrangers lors du porte-à-porte pourrait exposer les gens à la COVID-19. Le contact avec des surfaces communes, comme les sonnettes de porte ou les barres de chocolat, pourrait également permettre au virus de se propager. Il est également possible que les rassemblements en grands groupes ou les fêtes finissent par être à l'origine d’importantes propagations.

Dre Vera Etches en entrevue devant le Collège catholique Mer Bleue.

La Dre Vera Etches est médecin-chef de Santé publique Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

De son côté, la Dre Etches donnera des conseils après la publication des recommandations de la province. Elle a néanmoins souligné qu'il était important de se rappeler les principes de base pour éviter la propagation de la COVID-19.

Ce qui est un garant de succès, c'est que les gens gardent une distance de deux mètres entre eux , a-t-elle déclaré. Qu'ils portent un masque lorsqu'ils sont à l'intérieur. Qu'ils restent à la maison lorsqu'ils sont malades et qu'ils se lavent les mains.

C'est donc ainsi que nous devrions aborder l’Halloween : nous devrions utiliser ces mêmes comportements, a-t-elle conclu.

Le Dr Gerald Evans, épidémiologiste à l'Université Queen's de Kingston, en Ontario, estime pour sa part que l’on passe peut-être à côté de l’essentiel. Il voit des signes d'une deuxième vague, en partie à cause de l'augmentation continue des cas chez les jeunes.

Seuls les enfants en bonne santé pourront aller de porte en porte pour réclamer des bonbons, croit-il.

Avec les informations de Ryan Patrick Jones de CBC

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !