•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’automne et la pandémie, un duo inquiétant pour des restaurateurs

L'Association Restauration Québec redoute 3000 à 4000 fermetures.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une serveuse avec un plateau à la main porte un masque.

Le reportage de Marie-Claude Morin

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Les restaurateurs québécois pourraient subir un nombre record de fermetures au cours de l’année, alors que le temps froid reprend ses aises et que la saison des terrasses tire à sa fin.

Grâce aux terrasses, l’été a donné un second souffle de vie aux restaurateurs, pour qui les mesures contre la propagation de COVID-19 ont été particulièrement difficiles durant le printemps.

Les clients sont revenus, lance Lara Georgescu, assistante-gérante du Bagatelle Bistro. Au début, c'était un peu tranquille, puis là ça revient, on récupère toute notre clientèle.

Le retour du temps froid se fait toutefois sentir à l’approche de l’automne et il pourrait donner un coup dur au secteur de la restauration.

On pourrait même assister à un nombre record de fermetures si aucune aide supplémentaire n’est annoncée, selon l’Association Restauration Québec (ARQ).

Nous on pense que d’ici l’été prochain on devrait très certainement voir 3000 à 4000 faillites ou fermetures d’établissements de restauration si la situation ne change pas.

François Meunier, vice-président Affaires publiques et gouvernementales de l'ARQ

Si les restaurateurs sont propriétaires de leur bâtiment et peu endettés, leurs chances de survie sont plus élevées, disait-il en juillet dernier.

Les clients sont-ils prêts à retourner manger à l’intérieur?

Plus tôt cet été, L’ARQ avait publié les résultats d’un sondage réalisé auprès d'une partie de ses 5700 membres. À l’époque, 61 % d’entre eux craignaient de ne pas pouvoir survivre si le gouvernement n'apportait pas une aide financière supplémentaire.

La grande question est de savoir si les clients sont prêts à retourner dans les salles à manger intérieures.

C'est vrai que les gens sont un peu réticents à aller à l'intérieur pour l'instant. J'en ai, mais très peu, s’inquiète la gérante du Café Souvenir, Cathy Hadj-Ali.

Des clients rencontrés sur des terrasses samedi semblent partagés. Oui, je vais y aller, dit l’une d’entre eux. Je trouve qu'il y a plein de mesures de protection. Et puis, surtout, je veux apporter un support à nos restaurateurs.

Non, pas pour le moment, lance une autre. Pour quelle raison? J'aimerais être dehors. C'est plus safe, je pense.

Plusieurs restaurants, notamment dans la région de Québec, on déjà dû mettre la clé sous la porte.

Avec les informations de Marie-Claude Morin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !