•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivre?, d’Hélène Forest-Ponthieux

Une photo en noir et blanc.

L'autrice Hélène Forest-Ponthieux

Photo : Andy Maple

Radio-Canada

Hélène Forest-Ponthieux fait partie des 21 personnes en lice pour le Prix du récit Radio-Canada 2020.

Qui suis-je?

Enfant un peu solitaire au cœur d’une famille d’artistes et d’érudits, j’ai commencé à écrire de la fiction à 14 ans; des histoires pas possibles que je gardais évidemment pour moi. C’est seulement à 17 ans que j’ai osé participer à mon premier concours littéraire, concours organisé par la Commission scolaire de Montréal, et grâce auquel j’ai finalement publié une nouvelle pour la première fois. À 19 ans, commençant et abandonnant le cégep par intermittence, j’ai décidé de monter un groupe de musique féministe, Chârogne, où j’ai découvert les dessous de la scène musicale underground montréalaise, le bon comme le mauvais. Ces expériences participent encore activement à mon inspiration, autant littéraire que musicale. En 2018, un an après avoir quitté Chârogne, j’ai publié ma deuxième nouvelle littéraire dans le recueil intitulé Ambiance de fin de party, publié par les Éditions du Mur, maison d’édition où je suis présentement autrice et coéditrice. Sur une note plus académique, je termine présentement mon bac en arts, et je prévois entamer ma maîtrise en création littéraire. Bref, j’ai 26 ans, j’écris, j’étudie, je fais encore de la musique et pour le reste, on verra bien...

Mon récit en quelques mots

Bien sûr que ce jour-là arriverait, cet instant précis, tranchant, où elle allait devoir choisir entre vie et mort; mais comment vivre, loin du royaume des bars, de la dope et de la scène, et surtout hors de cet amour inouï qui avait surgi des brumes d’alcool et de cigarettes?

Ma source d’inspiration pour ce texte

J’avais envie de dépeindre la force d’un instant, le caractère décisif d'une réflexion vécue en un seul flash, mais un flash si puissant qu’il éradique les mensonges qu’on se conte à soi-même. Ce moment que j’ai décrit dans Vivre? a bel et bien chamboulé mon existence de cette façon-là; c'est pourquoi je considère encore celui-ci comme un point tournant, de ceux qui (j’ose l’espérer) valent la peine d'être partagés.

Les premières lignes de mon récit

L’hiver va être rough; c’est ce que m’avait dit Louis déjà à moitié endormi si on se fiait à sa silhouette, recroquevillée dans les draps noirs, si bien qu’on aurait dit un vers englouti par la vase; et les mots de Louis se mélangeaient à sa voix pâteuse, l’hiver va être rough; ses mots comme une prière, l’hiver va être rough, et j’aurais dû voir venir la suite, parce que sous l’aube blanche, sa chambre sombre et froide ressemblait à une tombe; mais non, moi je lui jouais dans les cheveux, je lui flattais le dos en me disant que cette interminable minute n’était qu’un mauvais moment à passer, parce que j’étais là pour lui et lui pour moi.

Extrait de Vivre?, d’Hélène Forest-Ponthieux

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs poèmes, nouvelles et récits inédits soumis au concours.

La gagnante ou le gagnant remportera :

  • la publication de son texte sur Radio-Canada.ca;
  • une résidence d'écriture de deux semaines au Banff Centre des arts et de la créativité en Alberta;
  • une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !