•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveaux cas de COVID-19 : 27 à Ottawa et 8 à Gatineau

Un homme de dos assis sur un banc dans le parc Major à Ottawa avec en arrière-plan quelques immeubles de Gatineau.

4190 personnes ont contracté la COVID-19 dans la région d'Ottawa et de Gatineau depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Les autorités provinciales de la santé rapportent samedi 27 nouveaux cas de COVID-19 à Ottawa et 8 pour la région de l’Outaouais en date du 11 septembre.

À Ottawa, le nombre de cas actifs est de 268. Dix personnes malades sont présentement hospitalisées, dont deux sont aux soins intensifs. Six nouveaux foyers d’éclosions se sont développés récemment, gonflant le total de foyers à 20 dans les centres de services de soins de la santé et de garde d’enfants.

Pas plus tard que vendredi, la Ville d’Ottawa indiquait que deux centres de soins de longue durée gérés par la Ville font face à de nouvelles éclosions. Des employés du Centre d'accueil Champlain et du foyer Peter D. Clarke ont reçu un diagnostic positif à la COVID-19. Les deux membres du personnel sont en isolement.

La tranche d’âge la plus touchée demeure tout de même les 20 à 29 ans.

En tout, 3227 personnes ont contracté le coronavirus à Ottawa depuis le début de la pandémie.

L'Outaouais surveillée de près

Alors que vendredi en Outaouais, on dénombrait 18 nouvelles infections, ces 8 nouveaux cas représentent une baisse samedi. Il n’en demeure pas moins que plusieurs foyers d’éclosion sont toujours actifs dans la région québécoise, comme celui à la Banque Scotia de Gatineau.

L’Outaouais reste une zone jaune, l’une des quatre à travers la province qui sont les plus surveillées par les autorités en raison de la contamination communautaire en hausse.

Les régions jaunes doivent s’attendre à plus de surveillance et d’inspections de la part des autorités.

Quant à la capitale nationale, elle demeure en zone orange sur l’échelle de catégorisation provinciale ontarienne. Le zonage est déterminé par le nombre d’infections, la capacité du système de santé de répondre aux nécessités qu’implique la propagation, dont notamment la capacité de dépistage, et les tendances de propagation.

Contrairement au Québec, celle-ci n’est pas accompagnée de mesures de contingence plus sévères de la part des autorités.

Ottawa est l’une des villes où la propagation de la COVID-19 est la plus importante dans la province, suivant de près les régions de Toronto et de Peel, où l’on comptabilise le plus d’infections en Ontario.

Des amendes salées pour les contrevenants

À partir du samedi 12 septembre, les personnes qui refusent de porter le couvre-visage dans les espaces intérieurs s’exposent à une amende de 400 $ à 6000 $ au Québec. Le respect de cette consigne repose ainsi entre les mains des corps policiers dotés d’un nouvel outil coercitif.

Notre façon de travailler ne changera pas nécessairement. On a un outil additionnel pour être en mesure de régler une situation, explique François Lemay, président de la Fédération des policiers municipaux du Québec. Lorsqu'on se rend sur un appel ou une plainte, on va informer les gens de la situation. Lorsqu'il y aura une non-collaboration, c'est à eux qu'on va émettre un constat.

Bien conscient que le port du masque peut être une source de discorde, François Lemay mise sur la collaboration de tous.

J’ai confiance que les policiers et policières vont faire preuve de professionnalisme comme ils l’ont fait depuis le début de la pandémie.

François Lemay, président de la Fédération des policiers municipaux du Québec

On doit espérer [que les policiers vont] user de bon sens en évaluant si vraiment on est dans une situation où la personne ne portait pas le masque, à la différence de l'oubli ou bien le port inexact du masque, soulève la professeure de droit à l’Université d'Ottawa Jennifer Quaid.

D'ailleurs, la tolérance a aussi été la norme à Ottawa où ce type de constat peut aussi être imposé depuis le 15 juillet. En effet, seule une contravention a été émise depuis alors que quelque 230 avertissements verbaux ont été donnés.

Avec les informations de Boris Proulx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !