•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peaux, de Véronique Clusiau

Elle sourit à la caméra.

L'autrice Veronique Clusiau

Photo : Julie Beauchemin

Radio-Canada

Véronique Clusiau fait partie des 21 personnes en lice pour le Prix du récit Radio-Canada 2020.

Qui suis-je?

Je suis née à Montréal en 1974; j’adore le bois, les bleuets et le fromage de chèvre. Comédienne de formation, j’ai joué aussi bien au théâtre et au cinéma qu’à la télévision. Depuis plus d’une dizaine d’années cependant, je prête essentiellement ma voix au doublage et à la narration de documentaires, ce qui me donne, pour mon plus grand plaisir, du temps précieux pour écrire. Une de mes nouvelles a été lue sur les ondes de Radio-Canada et publiée chez Leméac Éditeur; d’autres ont été publiées à XYZ, La revue de la nouvelle, Moebius et Virages. J’ai été finaliste en 2009 des prix littéraires Radio-Canada, catégorie nouvelle. J’ai participé à plusieurs reprises comme autrice à l’événement Parole de femmes, présenté au Théâtre de la Risée. Ma première courte pièce a été montée l’an dernier au Festival tout' tout court, mise en scène par Dominique Pétin. Une autre courte pièce sera présentée à l’automne prochain, si COVID-19 le veut, au même festival.

Mon récit en quelques mots

Rite de passage ou s’affranchir des liens familiaux qui nous empêchent de voler et de toucher sa nature profonde.

Ma source d’inspiration pour ce texte

Vient un temps de la vie adulte où, parfois, on doit accepter de regarder en face notre héritage familial, culturel, même si c’est douloureux; oser reconnaître ce qui, dans ces liens inconditionnels, nous limite, nous propulse, nous nourrit ou encore nous retient. Ce texte raconte de façon imagée un passage que j’ai dû faire pour oser m’affranchir de certains nœuds familiaux qui m’étouffaient. Une époque où j’ai osé regarder en gros plan ce qui ne me m’appartenait pas, le nommer, pour pouvoir marcher et courir de façon plus libre et grandir. Et reprendre la main plus légère, celle des êtres aimés.

Les premières lignes de mon récit

Tout me traverse. Je suis traversée par l’hiver trop long, par le vertige de mes quarante ans, par les éclats de rire, par les cris de la voisine délaissée, par ceux retenus dans la gorge de ma mère, par la peur que je devine à ses mains tordues, par l’indifférence de certains hommes, par l’arrogance des autres, par les mentons levés, par les regards baissés; je suis traversée par l’ignorance, par l’enfant perdu, par les deux qui sont plus que vivants, par le désir qui s’enfuit en courant, par la folie qui se cache, par ceux qui baissent les bras ou les lèvent trop haut; je suis traversée par le manque, par mai, par juin et par juillet, par l’éclat des tomates bien mûres et par celui du glaïeul magenta qui dévoile un à un ses pétales.

Extrait de Peaux, de Véronique Clusiau

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs poèmes, nouvelles et récits inédits soumis au concours.

La gagnante ou le gagnant remportera :

  • la publication de son texte sur Radio-Canada.ca;
  • une résidence d'écriture de deux semaines au Banff Centre des arts et de la créativité en Alberta;
  • une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !