•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il ne se passera plus rien d'autre, de Mathieu Blais

Portrait en noir et blanc, extérieur, de l'auteur Mathieu Blais. L'homme porte une barbe fournie et un chapeau. Il regarde la caméra, le front plissé.

Mathieu Blais

Photo : M.-C. P.

Radio-Canada

Mathieu Blais fait partie des 21 personnes en lice pour le Prix du récit Radio-Canada 2020.

Qui suis-je?

Je vis dans le Vieux-Longueuil avec ma conjointe et mes deux enfants. Romancier et poète, je suis titulaire d'un doctorat en études littéraires et j’enseigne la littérature au Cégep Édouard-Montpetit. À l’hiver 2021, je ferai paraître un recueil de nouvelles chez VLB éditeur, Les choses réelles. Ce sera mon douzième titre publié.

Mon récit en quelques mots

Le récit Il ne se passera plus rien d’autre raconte le choc, l’étourdissement et l’émerveillement ressentis lors d’une expédition en solitaire effectuée au Nunavik.

Ma source d’inspiration pour ce texte

Ce court récit a été écrit à la suite d’une expédition en solitaire effectuée au Nunavik. Elle fait partie d’une série de textes et d’expérimentations littéraires qui cherchaient à rendre compte du rapport entre l’humain, les territoires extrêmes des Amériques et l’infinie création qui en émane. Au printemps dernier, ma nouvelle Le sculpteur de pierre, un texte de fiction écrit dans la foulée de cette même expédition, a été retenue comme finaliste du Prix de la nouvelle Radio-Canada.

Les premières lignes de mon récit

Il n’y a pas de cri, pas de douleur, pas d’amour non plus, et le silence est une absence. J’habite temporairement la profondeur. J’ai planté ma tente dans un lacis de trails de caribou. Le sol y est tapé, dur et droit. Ailleurs, l’eau veille. Il y a beaucoup de fourrures au sol, des os aussi et des bois. Des pierres, partout. Au fond du canyon, à un jet de pierre de la rivière Puvirnituk, nulle part, je n’existe qu’en rappel du vide. En butée à mon propre mouvement, l’immobilité du territoire s’exprime indépendamment de moi. La toundra ne se laisse pas saisir aisément. Il n’y a rien d’idyllique ici, aucune facilité. Tout se joue entre désolation et moments de grâce. Et moi, je suis de passage. J’avance lentement, sans me presser. Je suis le premier et le dernier homme. Et il ne se passera rien, rien d’autre que ça. Une prise de conscience, une lente suspension du temps.

Extrait de Il ne se passera plus rien d'autre, de Mathieu Blais

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs poèmes, nouvelles et récits inédits soumis au concours.

La gagnante ou le gagnant remportera :

  • la publication de son texte sur Radio-Canada.ca;
  • une résidence d'écriture de deux semaines au Banff Centre des arts et de la créativité en Alberta;
  • une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !