•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8000 personnes de plus en attente d’un médecin de famille en Estrie

Un homme écrit sur un bloc de papier.

Un médecin consulte le dossier d'un patient.

Photo : iStock

Radio-Canada

Il y a 8000 personnes de plus inscrites au guichet d’accès à un médecin de famille en Estrie qu’il n’y en avait en janvier dernier.

En septembre 2020, 54 907 personnes sont inscrites sur la liste d’attente, selon les données fournies par le CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Cependant, huit Sherbrookois sur dix ont accès à un médecin de famille.

Selon le PDG du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Stéphane Tremblay, cette augmentation s’explique notamment par le départ à la retraite de plusieurs médecins. On se retrouve dans une situation où il y a des gens qui, malgré la COVID, ont pris leur retraite puisque c’était leur plan de vie, a-t-il déclaré lors d’un point de presse qui a eu lieu vendredi après-midi.

Plus de citoyens auraient également ressenti le besoin d’avoir un suivi médical plus régulier. Quand on vit des situations comme on vit depuis le mois de mars, le besoin d’être sécurisé et d’avoir un médecin de famille augmente, a-t-il déclaré.

Bientôt de nouveaux médecins

Le président de l’Association des médecins omnipraticiens de l’Estrie, Alain Demers, se montre quant à lui rassurant.

On a réussi à obtenir un plus grand nombre de médecins qui vont s’installer en Estrie l’année prochaine, a-t-il affirmé en entrevue à l’émission Vivement le retour. Il y a quand même un espoir que ça diminue.

Avec les aménagements qu’on a faits, j’ai espoir que d’ici quelques années, ce taux finira par diminuer.

Alain Demers, président de l’Association des médecins omnipraticiens de l’Estrie

Le nombre d’admissions dans les facultés de médecine a aussi été revu à la hausse, souligne M. Demers.

M. Demers estime toutefois que les médecins sont moins en mesure de prendre autant de patients qu’avant puisque les gens vivent plus longtemps, avec plusieurs pathologies multiples.

Le temps accordé à la consultation est plus qu’avant, a-t-il expliqué. Ce n’est pas vrai que les médecins peuvent augment leur nombre d’heures de travail s’ils en font déjà 70 par semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !