•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sonia Furstenau devient la chef du Parti vert de la Colombie-Britannique

La nouvelle chef du Parti vert de la Colombie-Britannique, Sonia Furstenau, devant un microphone.

La nouvelle chef du Parti vert de la Colombie-Britannique, Sonia Furstenau

Photo : Parti vert de la Colombie-Britannique

La leader parlementaire des verts à l'Assemblée législative, Sonia Furstenau, devient la nouvelle chef du Parti vert de la Colombie-Britannique et profite de son discours d’investiture pour balayer d’un revers de la main l’idée d’une élection dans la province.

C’est dans un contexte de pandémie que Mme Furstenau prend la tête du parti après une campagne qu’elle qualifie de solide. Mardi, elle a remporté la course à la direction des verts provinciaux avec 2428 voix, battant Cam Brewer qui a reçu le soutien de 2127 membres du parti.

La députée s’est adressée à son équipe et à sa famille avec émotion, soulignant le travail de ses pairs. C’était une campagne longue, mais on a une équipe fantastique qui a travaillé très fort. 

Je suis très enthousiaste à l'idée de travailler avec toutes les personnes qui sont dans notre parti.

Sonia Furstenau, chef du Parti vert de la Colombie-Britannique

Non aux élections provinciales

Toutefois, c’est son message au premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, qui retient l'attention.

Sonia Furstenau a en effet rappelé au gouvernement les crises sanitaires auxquelles fait face la Colombie-Britannique. J'ai dit à John Horgan que, maintenant, c'est le moment d'être responsable et de ne pas mettre son parti avant les gens, les habitants de la Colombie-Britannique. Les cas de COVID-19 continuent à augmenter, des enfants et des familles sont retournées à l'école.

Ce serait irresponsable d'avoir une élection qui n’est pas nécessaire.

Sonia Furstenau, chef du Parti vert de la Colombie-Britannique

Un parti qui pourrait s’imposer

Nous avons l'impulsion avec notre campagne de course à la direction, a dit la nouvelle leader des verts de la province. Elle croit effectivement que son parti pourrait prendre les devants sur la scène politique provinciale. 

Les verts ont remporté trois sièges aux dernières élections provinciales. Ce résultat historique pour le parti ne lui a pas donné le statut de parti officiel, qu'on obtient si on fait faire élire quatre députés, mais lui a permis de détenir la clé du pouvoir avec le gouvernement minoritaire néo-démocrate de John Horgan.

Épilogue d’une longue campagne

Sonia Furstenau succède à Adam Olsen, devenu chef par intérim du parti après la démission d'Andrew Weaver, en décembre 2019. Elle s’est dite enthousiaste à l'idée de continuer le travail qu’ils ont commencé ensemble à l’Assemblée législative à Victoria.

La course à la direction du parti a vu s'affronter trois candidats : Sonia Furstenau, Kim Darwin et Cam Brewer.

La pandémie a entraîné la suspension de la campagne en mars avant une reprise progressive en ligne.

Les candidats se sont mesurés dans une série de débats par visioconférence, dont le dernier s'est tenu le 3 septembre.

Sonia Furstenau a été la première candidate à se présenter. Au cours de sa campagne à la direction du parti, elle a reçu le soutien de la chef sortante du Parti vert fédéral, Elizabeth May.

Kim Darwin, quant à elle, est la vice-présidente du parti depuis l'an dernier.

En 2017, elle a été candidate dans la circonscription de Powell River-Sunshine Coast. Elle est conseillère hypothécaire et ancienne présidente de la Chambre de commerce de Sechelt.

Kim Darwin avait promis d'utiliser ses nouvelles responsabilités pour soutenir les députés Adam Olsen et Sonia Furstenau en vue des prochaines élections provinciales, qui doivent se tenir au plus tard le 16 octobre 2021.

Ils ont déjà beaucoup à faire en tant que députés. Alors, je pense que le rôle du chef est de préparer la campagne électorale, avait-elle dit.

Cam Brewer, pour sa part, est un avocat de Vancouver spécialisé dans les causes environnementales.

Il enseigne aussi le droit environnemental à l'Université Simon-Fraser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !