•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta cherche des sous-traitants pour accélérer les opérations chirurgicales

Le retard causé par la pandémie sera rattrapé d’ici la fin de l’année, promet le gouvernement.

Un chirurgien prend un instrument dans sa main.

Reprise des activités en chirurgie

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement albertain remet le cap sur sa stratégie pour accélérer les opérations chirurgicales grâce à des sous-traitants privés. Services de santé Alberta lancera un appel d’offres cet automne.

Environ 25 000 interventions chirurgicales non urgentes ont été retardées en Alberta ce printemps en raison de la pandémie, selon le ministère de la Santé.

Cependant, 88 % d’entre elles ont déjà été rattrapées. Le gouvernement promet que le nombre d’opérations effectuées chaque mois dans la province reviendra à son niveau prépandémique avant 2021 et continuera ensuite à augmenter.

Le système va atteindre 125 % de la capacité qu’il avait avant la pandémie au cours du premier trimestre de 2021. Nous serons prêts à augmenter ensuite la capacité jusqu’à 150 %, si c’est nécessaire, pour atteindre nos objectifs de 2023, promet le ministre de la Santé, Tyler Shandro.

Pour y arriver, il devra cependant trouver plus de sous-traitants. Un plan de 500 millions de dollars sur trois ans à cet effet a été annoncé l’an dernier. Le ministre de la Santé dit que 42 établissements ont répondu à l’avis d’expression d’intérêt lancé en février.

Les opérations qui seront offertes dans ces établissements seront couvertes par le régime public, donc gratuites pour les patients.

Le gouvernement comptait initialement commencer à transférer des opérations vers le privé dès septembre, mais il a retardé ses plans en raison de la pandémie. Services de Santé Alberta lancera un appel d’offres officiel cet automne.

Du même coup, il annonce un programme de 50 000 $ pour appuyer les Premières Nations qui souhaitent soumissionner. Six d’entre elles ont déjà démontré leur intérêt.

Le chef Ouray Crowfoot, de la Nation Siksika, espère que cela permettra au Wellness Centre, qui est géré et financé par l’Agence de santé Siksika, d’effectuer certaines opérations sur place.

Présentement, il explique que les membres de sa Nation doivent voyager hors réserve pour toutes les interventions chirurgicales.

Les initiatives comme celles-ci sont un pas dans une longue marche vers un accès équitable à des soins de santé adéquats, dit-il.

L’organisation Friends of Medicare, qui milite pour un meilleur accès aux soins de santé en Alberta, n’est pas satisfaite du plan du gouvernement.

Selon la directrice Sandra Azocar, il n’est pas du tout certain que le gouvernement économisera de l’argent en payant des cliniques sous contrat pour faire des opérations, plutôt qu’en investissant dans les hôpitaux publics.

Le ministère [....] ne nous a jamais montré son plan d’affaires et il ne nous a jamais montré aucun type d’étude comparative qui dise combien ça coûterait d’augmenter la capacité des hôpitaux ou de construire des infrastructures publiques à la place, dit-elle.

Environ 15 % des interventions chirurgicales en Alberta sont présentement faites par des sous-traitants de Services de santé Alberta. Le gouvernement veut doubler ce pourcentage d’ici la fin de son mandat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !