•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier cas de COVID-19 dans une Première Nation au Manitoba

Une technicienne de laboratoire tient un écouvillon dans sa main.

Le test a été envoyé au laboratoire provincial pour confirmation du résultat.

Photo : Associated Press / Jean-Francois Badias

Le service de santé de la Nation crie de Fisher River située au nord de Winnipeg annonce qu’un membre de la communauté a reçu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19. C’est le premier cas de la maladie dans une Première Nation au Manitoba.

Selon un communiqué publié sur le site web de la Première Nation vendredi, la personne a présenté des symptômes de la maladie le 8 septembre. Elle a passé un test à l’hôpital Percy E. Moore, situé dans la communauté de Hodgson, et a reçu un résultat positif.

Le test a été envoyé au laboratoire provincial pour confirmation du résultat, indique le communiqué. L’individu est en état stable et s’isole, peut-on lire dans le document.

Une enquête du service de santé de Fisher River et de la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits a déterminé que la personne a été exposée au virus lors d’un déplacement dans la région sanitaire de Winnipeg avant la date du 6 septembre 2020. Elle n’avait pas de symptômes lors de son retour dans la communauté, indique le communiqué.

Il est également précisé que le service de santé de Fisher River a effectué une recherche des contacts de la personne infectée et joint celles qui avaient été en contact étroit avec elle.

Tous les proches de la personne atteinte par le virus sont maintenant en isolement pour 14 jours. Le service de santé de Fisher River effectuera des vérifications quotidiennes pour s’assurer que toutes les personnes concernées respectent les directives de la santé publique.

Nous avons travaillé avec nos partenaires de la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits, de l’autorité sanitaire d’Entre-les-Lacs et de l’Est et de l’Université du Manitoba pour élargir notre capacité à effectuer des tests de la COVID-19 dans la communauté pour les personnes présentant des symptômes, indique le communiqué.

Le service de santé de Fisher River s’attend à ce que ces ressources soient disponibles dans les prochains jours.

Le bureau de l’administration de Fisher River a été fermé vendredi pour être nettoyé et désinfecté. Il rouvrira lundi.

Il n'y a pas de menace pour la santé publique, selon le communiqué, mais les autorités demandent aux habitants de continuer de suivre les protocoles sanitaires : porter un masque, se laver les mains et rester à la maison lorsque l'on est malade.

Les dirigeants de Fisher River ont également demandé aux membres de la communauté d'éviter de publier leurs préoccupations concernant la COVID-19 sur les réseaux sociaux, afin d’éviter de semer la panique.

Le service de santé de Fisher River se préparait à une telle situation depuis le début et toutes les procédures sont suivies pour assurer la sécurité de la communauté, indique le communiqué.

Les cas dans les Premières Nations en hausse

Une mise à jour de Services aux Autochtones Canada publiée vendredi après-midi indique qu’il y a eu une recrudescence de cas positifs chez les membres des Premières Nations vivant au sein d'une communauté cette semaine, comme dans la population canadienne en général.

La tendance prend la mauvaise direction et sert de rappel crucial de l’importance de rester vigilant à l’approche de l’automne, indique le communiqué.

Voici les données en date du 10 septembre de Services aux Autochtones Canada concernant les cas confirmés de COVID-19 dans les communautés des Premières Nations au pays :

  • 491 cas confirmés de COVID-19;
  • 42 hospitalisations;
  • 53 cas actifs;
  • 429 personnes rétablies;
  • 9 décès.
L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !