•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les écoles de l'Abitibi-Témiscamingue se préparent au retour des sports et des arts

Des jeunes jouent au hockey dans un aréna

Les règles concernant le sport et les loisirs ont été assouplies (archives).

Photo : Radio-Canada

Des établissements scolaires de l’Abitibi-Témiscamingue se préparent à la suite de l’annonce du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui a confirmé que les élèves de la province pourront, dès lundi, pratiquer des activités sportives et culturelles à l’intérieur de deux groupes stables, hormis leur groupe-classe.

Seule condition pour pratiquer les activités sportives et culturelles : leur école doit se trouver dans une région classée au vert ou au jaune dans le système d’alertes régionales.

Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation

Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation

Photo : Radio-Canada

Le directeur général adjoint de Loisirs et Sport Abitibi-Témiscamingue, Francis Murphy, se réjouit pour les élèves. Il précise qu’il reste quelques pas à franchir en ce qui concerne le déploiement sur le terrain, et que son organisation travaillera main dans la main avec le milieu scolaire afin d’offrir un environnement sécuritaire aux élèves.

Des balises plus précises doivent être annoncées lundi, de la part du Réseau du sport étudiant à l’échelle provinciale. En fonction de ces balises, les écoles pourront planifier la façon de reprendre leurs activités. Nous, on va se placer dans une posture pour travailler en collaboration avec nos écoles, en respect de leur réalité, mais surtout, en respect des règles sanitaires, pour offrir aux élèves un contexte sécuritaire pour reprendre leurs activités.

Des coéquipiers réunis

À Val-d’Or, le directeur de l’école polyvalente Le Carrefour, Martin Veillette, affirme que ces nouvelles mesures permettront à certaines équipes sportives, dont les élèves ne font pas partie du même groupe-classe, de reprendre leurs activités.

On a des équipes de la Ligue de Hockey Préparatoire Scolaire (LHPS) qui font partie de groupes-bulles différents. C’est une annonce positive pour nos élèves, surtout que depuis plusieurs mois, ils sont à la maison et il y a moins de pratiques de sport. C’est quelque chose de très positif pour l’école affirme-t-il.

Afin de respecter les consignes sanitaires, les équipes de hockey scolaires de l’établissement étaient limitées jusqu’à maintenant à trois entraînements par cycle de neuf jours. Avec les nouvelles mesures, les joueurs pourront s’entraîner six fois par cycle de neuf jours.

Des adolescentes en train de jouer au volleyball dans un gymnase.

Différents sports d'équipes dans les programmes sports-études seront désormais permis, sous certaines conditions.

Photo : iStock

M. Veillette soutient que tout ne sera pas nécessairement en place dès lundi, mais que les préparatifs à l’intérieur de son école sont bien avancés.

Il va y avoir de la concertation pour voir ce qui va être offert aux élèves comme services. Tous les élèves vont devoir s’inscrire, pour respecter le nombre de bulles classes permises. Je peux vous annoncer que ce n’est pas lundi que les gymnases vont être ouverts, mais dans un avenir rapproché. On se donne environ deux semaines avant de pouvoir proposer une offre de services adéquate pour les élèves.

Du côté de l’école Marcel-Raymond de Lorrainville, ce sont également plusieurs élèves qui retrouveront leurs coéquipiers à l’entraînement grâce à cet assouplissement des mesures. Le responsable du programme de concentration en sports et en volleyball de l’école, Pierre Côté, indique que ce sont les élèves de troisième à cinquième secondaire qui bénéficieront le plus de ces nouvelles règles.

En secondaire un et deux, on avait déjà des groupes fermés. Les élèves avaient commencé à avoir leurs concentrations. Secondaires trois, quatre et cinq, on séparait les groupes, pour que ça puisse avoir lieu. Avec cette annonce-là, ce qui va être encore plus le fun pour les jeunes, c’est qu’on va pouvoir jumeler certains élèves pour qu’ils puissent pratiquer leur sport ensemble.

Une hausse des inscriptions

M. Côté soutient que, malgré l’incertitude des derniers mois entourant la pratique d’activités sportives et culturelles en milieu scolaire, aucune baisse des inscriptions n’a été observée.

Au contraire, on a même eu une augmentation des inscriptions cette année. En concentration sports secondaire un et deux, normalement, on a un groupe fermé. Cette année, on est passé à deux groupes fermés. Les jeunes ont hâte de bouger, ils aiment bouger. Le fait qu’aux mois de mars et avril, on a été isolé, je crois que maintenant, on a le goût de sortir et de faire du sport avec nos amis, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !