•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tristen Durocher n’aura pas à démanteler son tipi, tranche la Cour du Banc de la Reine

Tristen Durocher lors d'un événement le 11 août dernier.

Tristen Durocher a entamé son jeûne le 31 juillet afin d’éveiller les consciences sur le suicide, notamment au sein de la communauté autochtone.

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

La Cour du Banc de la Reine a penché en faveur de Tristen Durocher, vendredi. Le juge G.G. Mitchell a rejeté la requête du gouvernement et de la Commission de la capitale provinciale (PCC), qui demandaient à ce qu'il démantèle son tipi installé devant l'assemblée législative.

Les avocats de la province et de la PCC reprochent au jeune autochtone de violer les règlements du parc Wascana. Selon eux, Tristen Durocher n’aurait pas demandé d'autorisation préalable pour ériger son tipi et allumer un feu dans le parc.

Dans sa décision du 11 septembre, le juge indique que les règlements du parc invoqués vont à l’encontre des droits de Tristen garantis par les [articles] 2a) et 2b) de la Charte [canadienne des droits et libertés], ceux de la liberté de conscience et de religion et de la liberté d’expression.

Je conclus que les règlements [invoqués] et l’avis d’intrusion sont inconstitutionnels et les déclare inopérants, a-t-il écrit.

Le juge G.G. Mitchell donne également six mois au gouvernement de la Saskatchewan et à la PCC pour revoir et élaborer les règlements qui ont enfreint les droits constitutionnels de Tristen Durocher dans cette situation.

À mon avis, il devrait y avoir certains critères, à tout le moins, dans les règlements administratifs visant à accommoder et à réglementer le type de cérémonie spirituelle et d’expression politique autochtone en cause ici, a écrit le juge.

Par ailleurs, il a souligné que le jeûne cérémoniel de Tristen représente une tentative modeste et personnelle d’encourager chacun d’entre nous à aller un peu plus loin dans notre cheminement national vers la réconciliation des peuples autochtones et non-autochtones.

Tristen Durocher est debout devant son tipi avec une tasse dans ses mains.

Tristen Durocher terminera sa grève de la faim le 13 septembre.

Photo : Radio-Canada / Jennifer Francis

En août dernier, le gouvernement de la Saskatchewan a déposé une requête en justice contre Tristen Durocher afin qu’il démantèle le tipi installé devant l’assemblée législative de la Saskatchewan.

Les avocats des deux parties ont ainsi été consultés afin d’établir une date d’audience, qui a été fixée au 4 septembre.

Or, ce jour-là, G.G. Mitchell a choisi de mettre la cause en délibéré après avoir entendu les arguments des deux parties pendant plusieurs heures.

L’activiste de 24 ans a installé ce tipi et entamé une grève de la faim le 31 juillet dernier après avoir parcouru, à pied, environ 635 kilomètres entre Air Ronge, un village situé dans le nord de la province, et Regina.

Cette initiative avait pour objectif d’inciter le gouvernement de la Saskatchewan à mettre en place un plan pour lutter contre le taux de suicide élevé dans les communautés autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !