•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Antony Auclair : à sa place plus que jamais chez les Buccaneers

Antony Auclair tient le ballon en courant vers l'avant.

Antony Auclair pendant un match contre les Seahawks de Seattle, en novembre 2019.

Photo : Getty Images / Otto Greule Jr

Originaire de Notre-Dame-des-Pins, évoluant à la position d’ailier rapproché que depuis la fin de sa carrière universitaire, Antony Auclair ne devait pas, logiquement, capter des ballons du légendaire Tom Brady à l’aube d'une 4e saison dans la NFL. N'allez toutefois pas croire qu’il a le syndrome de l’imposteur. Trois ans après avoir percé l’alignement des Buccaneers pour la première fois, le Beauceron est à sa place plus que jamais, à Tampa Bay.

Honnêtement, je suis plate pour ça, lance en riant Antony Auclair quand on lui demande s’il peine à croire que le quart-arrière qu’il regardait déjà, enfant, remporter des Superbowls est maintenant son coéquipier.

Brady, 43 ans, est probablement le meilleur quart de l’histoire du circuit, admet-il, mais ce n’est pas en s’émerveillant des joueurs qui l’entourent que le Québécois de 27 ans a fait sa place dans la NFL. Sur le terrain, il est parmi ses pairs.

Pour l’instant, Tom est juste mon quart-arrière et il lance bien le ballon, ce qui facilite les choses. Peut-être qu’une fois ma carrière finie, je verrai les choses différemment.

Antony Auclair au sujet de Tom Brady

Un nom qui n’est plus à faire

Auclair n’est lui-même plus un inconnu dans la NFL. Il a fait sa place comme l’un des meilleurs bloqueurs du circuit à la position d’ailier rapproché, en plus d’exceller sur les unités spéciales. Une rôle dans l’ombre, parfois ingrat, qui ne passe toutefois pas inaperçu auprès des entraîneurs et vétérans du circuit.

C’est peut-être pourquoi Tom Brady a lui-même reconnu le Beauceron lors de leur première rencontre, au début du camp d’entraînement. C’était dans le gymnase. Il savait déjà qui j’étais et il est venu se présenter à moi. C’est un leader incontesté. Il t’encourage tout le temps et tu sens qu’il est derrière toi.

Antony Auclair, des Buccaneers de Tampa Bay, capte une passe malgré la surveillance d'Eli Apple, des Saints de La Nouvelle-Orléans, en décembre 2018.

Antony Auclair, des Buccaneers de Tampa Bay, capte une passe malgré la surveillance d'Eli Apple, des Saints de La Nouvelle-Orléans, en décembre 2018.

Photo : Getty Images / Will Vragovic

Les Buccaneers ayant aussi ajouté l’ailier rapproché vedette Rob Gronkowski, l’équipe avait une congestion de joueurs de talent à la position, au camp d’entraînement. Comprenant bien son rôle avec l’équipe, Antony Auclair affirme toutefois ne pas trop s’être inquiété pour son poste. C’est finalement le jeune américain Tanner Hudson, lui aussi un régulier l’an dernier, qui a sauté, la semaine dernière.

Son meilleur camp à vie

Remis d'une blessure à l'orteil qui avait mis fin à sa saison, l'automne dernier, Auclair a pour sa part connu un camp sans faute. Ses attrapés spectaculaires n’étonneront pas les partisans du Rouge et Or, mais ils ont fait tourner des têtes chez certains journalistes attitrés à la couverture des Buccaneers. Le colosse de 1 m 98 et 122 kg a plus souvent démontré sa force sur la ligne de mêlée, ces dernières années, mais il est aussi capable de finesse.

Son coéquipier O.J. Howard, un ancien choix de première ronde au repêchage de la NFL, a d’ailleurs lancé des fleurs aux Québécois à ce sujet, fin août, affirmant aux journalistes qu’Auclair avait toujours eu de bonnes mains pour attraper le ballon et qu’il courrait ses tracés mieux que jamais, cet été.

Antony Auclair des Buccaneers de Tampa Bay

Antony Auclair des Buccaneers de Tampa Bay

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Reste à voir s’il aura l’occasion d’en faire la démonstration lors d’un match. On a tellement de talent à ma position. J’ai connu mon meilleur camp à tous les niveaux. Autant pour les blocs que les tracés et attraper le ballon. C’est juste plate qu’on ait aussi OJ Howard, Rob Gronkowski et Cameron Brate dans l’équipe , admet celui qui est toujours en quête d’un premier touché dans la NFL.

La fin d’une longue attente

Auclair n’est toutefois pas du genre à s'en plaindre. Cloué à Québec, il y a à peine quelques mois, il promenait des poids d’un stationnement de centre commercial à l’autre avec son frère Adam, tentant tant bien que mal de garder la forme durant le confinement. La saison de la NFL semblait bien incertaine.

Peyton Barber et Antony Auclair

Peyton Barber (25) et Antony Auclair (82)

Photo : Getty Images / Streeter Lecka

Le voilà de retour à Tampa Bay, membre d’une équipe qui, après avoir remporté un maigre total de 17 matchs à ses trois premières saisons, aspire maintenant aux grands honneurs.

Notre-Dame-des-Pins restera toujours la maison, mais au moment de sauter sur le terrain avec ses coéquipiers des Buccaneers pour affronter les Saints de La Nouvelle-Orléans, dimanche après-midi, Antony Auclair sera de retour chez lui.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !