•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un voleur de sous-vêtements épinglé

Des soutiens-gorges sur une corde à linge.

Les policiers ont retrouvé quelque 500 sous-vêtements, disparus au cours des dernières années, lors d'une perquisition dans un appartement de Limoilou.

Photo : iStock

L'arrestation d'un voleur de sous-vêtements féminins a permis d'élucider la mystérieuse disparition de centaines de morceaux de lingerie.

Strings, petites culottes, soutiens-gorges, les policiers ont retrouvé une collection de 500 sous-vêtements féminins lors d'une perquisition à l'appartement d'Éric Paradis l'automne dernier.

Le résident du quartier Limoilou, à Québec, a plaidé coupable la semaine dernière d'accusations de vol et de recel.

Selon les faits rapportés à la cour, l'homme de 39 ans a été pris la main dans le sac, le 26 août dernier, alors qu'il était en visite chez un couple d'amis à Rivière-Ouelle.

Paradis était entré dans la maison sous prétexte d'aller à la toilette, mais en avait plutôt profité pour fouiller dans une boîte contenant les maillots de bain de son hôte.

Lorsque le conjoint l'a surpris, le voleur avait dissimulé dans ses poches des maillots.

Perquisition

Alertée, la police a perquisitionné l'appartement du voleur le mois suivant pour découvrir des sous-vêtements qui avaient été volés dans les régions de Kamouraska et de Charlevoix au cours des dernières années.

Éric Paradis profitait de ses visites chez des connaissances pour garnir sa collection.

Celui qui occupait un poste d'agent de sécurité chez la firme Garda au moment de son arrestation devra revenir devant le tribunal au mois de février pour la détermination de sa peine.

D'ici là, il devra subir une évaluation sexologique pour éclairer le juge sur la situation. Il n'avait pas d'antécédent judiciaire jusqu'ici.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.