•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’arrêt prolongé de trajets d’Intercar sur la Côte-Nord dénoncé

Un autobus du service de liaison Intercar, dans un stationnement entouré d'arbres, en été.

En raison de la pandémie, la compagnie d'autobus Intercar a mis sur pause ses activités à la fin du mois de mars (archives).

Photo : Intercar

Radio-Canada

Alors que la compagnie d'autocar ne prévoit pas pour le moment reprendre ses liaisons vers Sept-Îles et Havre-Saint-Pierre, des élus et des citoyens jugent la situation critique pour les Nord-Côtiers qui ne possèdent pas de voiture.

Depuis le début du mois de septembre, la liaison Baie-Comeau–Québec est de nouveau offerte. Cependant, mercredi, Intercar a indiqué qu’en raison du faible achalandage sur cette ligne, elle n’envisageait pas de reprendre le service dans les villes plus à l’est sur la Côte-Nord pour l'instant.

Transport essentiel

Jean-Louis Parisot, un résident de Godbout qui prenait l’autobus pour aller faire son marché à Baie-Comeau, est outré de voir que la compagnie Intercar ne reprend toujours pas du service sur l’ensemble de la Côte-Nord.

L’homme de 89 ans, aveugle, fait parfois de l'autostop maintenant pour aller acheter de la nourriture depuis l’arrêt des activités du transporteur en mars dernier.

À contrecœur, Jean-Louis Parisot envisage même de déménager dans une ville pour avoir accès à du transport en commun.

Je me dis bon, il faudrait que je déménage dans une ville comme à Montréal, que je quitte la Côte-Nord comme tant de gens le font.

Jean-Louis Parisot, citoyen

Il y a déjà deux ou trois vieux de Godbout qui ont déménagé. Ils ont foutu le camp. C’est difficile de vivre [ici] s’il n’y a pas de transport. Il faut pouvoir faire son marché, c’est un minimum. Manger n’est-ce pas! Je trouve qu’on est à l’écart du monde civilisé, s’indigne M. Parisot.

Un homme âgé marche à l'extérieur avec une canne pour non-voyant.

Amoureux de sa vie à Godbout, Jean-Louis Parisot aurait le cœur brisé d'être contraint de déménager dans une grande ville pour avoir accès à un transport pour faire ses courses (archives).

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

Le préfet Noël déplore la lenteur de la reprise

Le préfet de la Municipalité régionale de comté (MRC) de la Minganie, Luc Noël, déplore la lenteur de la reprise du service de transport interurbain entre Baie-Comeau et Havre-Saint-Pierre.

Luc Noël dit comprendre la décision d’Intercar et rappelle que la MRC attend depuis le mois de décembre une réponse du gouvernement concernant la reconduction de la politique de subvention pour le service d’Intercar en Minganie.

On est rendu au mois de septembre et on n’a toujours pas reçu de nouvelle, alors que le dossier a été recommandé pour acceptation, fait que là, ça bogue quelque part et je comprends qu'Intercar ne veut pas démarrer tout de suite. Intercar a perdu de l'argent avec la COVID, indique le préfet.

Luc Noël est préfet de la MRC de la Minganie

Luc Noël est préfet de la MRC de la Minganie (archives).

Photo : Radio-Canada

Luc Noël rappelle à quel point le service de transport par autocar est nécessaire pour les résidents de la Minganie.

C'est un service qui est primordial pour les gens qui n'ont pas d'auto et qui veulent se déplacer vers Sept-Îles.

Luc Noël, préfet de la MRC de la Minganie

Que le gouvernement donne un signal clair, qu'on remette le service en place, on perd des avions dans le coin de Sept-Îles, on perd des autobus dans le coin de la Minganie, revendique M. Noël.

Avec des informations d'Alix-Anne Turcotti et de Marie Kirouac

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !