•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l’Université Sainte-Anne expulse un étudiant atteint et qui ne s'est pas isolé

Un bâtiment universitaire.

L'Université Sainte-Anne, à Pointe-de-l'Église en Nouvelle-Écosse, expulse un étudiant.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse a annoncé vendredi sa décision d’expulser un étudiant qui a contracté la COVID-19 et n’a pas respecté les directives d’isolement à son arrivée dans la province.

La direction de l’établissement explique avoir pris cette mesure après qu’un comité de discipline eut conclu que les actions d’un étudiant ou d’une étudiante, dont l’identité ou le lieu d’origine ne sont pas divulgués, constituaient un comportement inacceptable.

Afin de prévenir la propagation de la COVID-19, le gouvernement provincial exige que tout visiteur provenant de l’extérieur du Canada ou d’une province autre que le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard ou Terre-Neuve-et-Labrador se place en isolement pendant 14 jours avant de reprendre ses activités normales en Nouvelle-Écosse.

Quand on a été chercher l'étudiant à Halifax le dimanche, nous on pensait qu'il avait complété ses 14 jours d'isolement. Ce n'est pas avant lundi matin qu'on a eu indication de la Santé publique que l'étudiant avait testé positif pour la COVID. Et c'est à ce point-là que la Santé publique nous a dit qu'il n'avait pas respecté les règles de l'auto-isolement, a expliqué vendredi le recteur de l’Université Sainte-Anne, Allister Surette.

Selon M. Surette, les étudiants qui arrivent d’une province canadienne située hors de la région Atlantique et les étudiants internationaux subissent trois tests de dépistage de la COVID-19. La Santé publique les suit de près, mentionne-t-il.

Plusieurs infractions

Le comité de discipline de l’établissement a relevé plusieurs infractions commises par l’étudiant en question.

Il a contrevenu au code de conduite des étudiants de l’Université Sainte-Anne en donnant de fausses informations et en créant, selon l’institution, une situation qui mettait en péril la santé et la sécurité des autres membres de la communauté universitaire.

On a un propre code de conduite COVID-19 (...) qui demande à chaque étudiant, chaque membre du personnel, de suivre les consignes de santé publique et de signer un document par rapport à cela, ajoute le recteur. L’étudiant a aussi enfreint ce code de conduite spécifique au coronavirus.

Le comité de discipline qui a pris cette décision est composé de différents groupes, notamment de représentants étudiants, indique Allister Surette. L'individu est non seulement expulsé des lieux, mais il n'est plus inscrit à l'université.

Ça envoie un message fort, l'expulsion de cet étudiant, non seulement à la communauté universitaire, mais à la communauté locale aussi, dit le recteur.

L’Université Sainte-Anne est la seule université francophone en Nouvelle-Écosse et son campus principal est situé dans la communauté rurale de Pointe-de-l’Église.

Il y environ 80 étudiants sur le campus en ce moment, a indiqué M. Surette, ce qui est moins de la moitié du nombre habituel. La grande majorité des cours se donnent de façon virtuelle depuis le début du semestre le 9 septembre, et les salles de classe doivent rouvrir dans deux semaines.

Le 31 août, l'Université Sainte-Anne avait fermé son campus de Pointe-de-l'Église pendant deux jours après qu'un étudiant eut omis de s'isoler en arrivant en Nouvelle-Écosse, selon le ministère provincial de la Santé publique.

Avec les renseignements de Kassandra Nadeau-Lamarche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !