•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens ont reporté 1 G$ de versements hypothécaires par mois depuis avril

Une calculatrice et une maison miniature se tiennent sur une feuille de calcul.

Le paiement mensuel moyen s'élevant à 1333 $, la SCHL estime que le montant des remboursements hypothécaires reportés s'élève à plus d'un milliard de dollars par mois.

Photo : iStock

Quelque 760 000 propriétaires canadiens ont soit reporté ou manqué un remboursement hypothécaire depuis le début de la pandémie de COVID-19, totalisant plus d'un milliard de dollars par mois, selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

La plupart des institutions financières au pays ont permis aux emprunteurs de reporter leurs paiements hypothécaires pendant six mois, en raison de la crise sanitaire – une période de grâce qui tire bientôt à sa fin.

Même si relativement peu de prêts se sont retrouvés en souffrance au printemps, soit 0,28 % de l'ensemble de prêts accordés par les grandes banques, le plus important fournisseur d’assurance prêt hypothécaire au pays envisage une forte hausse de défauts de paiement au cours des prochains mois.

Il plane toujours le risque d’une augmentation importante des prêts hypothécaires en souffrance au troisième ou au quatrième trimestre de cette année, à l’échéance des ententes de report, souligne la SCHL dans son rapport publié jeudi.

Plus d’arriérés de remboursements hypothécaires à prévoir

En mai dernier, la Banque du Canada déclarait qu’elle s’attend à ce que le taux des arriérés hypothécaires devienne deux fois plus élevé qu’au pire de la dernière crise financière.

Ce taux avait atteint 0,4 % lors de la récession de 2008.

Malgré l’aide gouvernementale, la banque centrale prévoit tout de même une hausse du nombre de Canadiens faisant face à des arriérés de paiements sur leur dette hypothécaire.

Nous avons observé une forte hausse du crédit hypothécaire résidentiel non remboursé au cours des cinq premiers mois de 2020.

Tania Bourassa-Ochoa, spécialiste principale de la recherche sur le logement à la SCHL

Cette accélération est le résultat d’une augmentation des prêts hypothécaires nouvellement prolongés, étant donné que les ventes de propriétés résidentielles ont augmenté à la fin de l’année dernière et au début de cette année, et qu’un nombre record de propriétaires reportent leurs paiements hypothécaires en raison des fermetures provoquées par la pandémie, précise-t-elle.

La SCHL s’attend par ailleurs à ce que moins d’emprunteurs devancent leurs versements hypothécaires cette année par rapport à 2019, ce qui pourrait contribuer à augmenter davantage l’endettement des Canadiens.

Dans son rapport de l’année dernière, l’agence fédérale estimait que deux tiers des propriétaires canadiens prévoyaient d’effectuer un paiement supplémentaire prévu sur leur prêt hypothécaire en 2020. Cette année, seul un emprunteur sur cinq s’attend à pouvoir le faire.

Taux variables plus sollicités au printemps

Autre constat : les taux hypothécaires variables ont gagné en popularité en avril et en mai, selon le rapport.

Alors que les taux d’intérêt diminuait au début de l’année, suivant les baisses successives du taux directeur de la Banque du Canada en mars, l’écart entre les taux fixes et variables s’est creusé.

La tendance semble s'être renversée alors que cet écart se soit rétréci au fil des mois. Le courtier hypothécaire Pierre Valiquette à Toronto estime que 95 % de ses clients choisissent maintenant une hypothèque à taux fixe sur 5 ans.

Avec les informations de Pete Evans de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !