•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : deux bars de danseuses de Québec pris en défaut

Robert Pigeon, chef du Service de police de la Ville de Québec.

Robert Pigeon, chef du Service de police de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a constaté des infractions dans deux bars de danseuses de la capitale où des clients étaient « en danse contact », ce qui va à l’encontre des règles que tous les propriétaires d’établissement doivent observer pour endiguer la propagation de la COVID-19.

Les dossiers ont été confiés au Directeur des poursuites criminelles et pénales et le chef Robert Pigeon indique qu’il faut s’attendre à ce que des rapports d’infraction générale soient délivrés aux tenanciers ainsi qu’à certains membres du personnel.

Il précise que les deux bars pris en défaut, qu’il n’a pas voulu nommer, avaient déjà été visités par les policiers du SPVQ dans les dernières semaines.

C'est pas des gens qui ont été pris par surprise, c'est des gens qui ont fait le choix de ne pas respecter le décret , déplore le chef Pigeon.

Voulant répondre aux préoccupations du gouvernement Legault par rapport à la hausse marquée de cas de COVID-19 dans la région, les policiers ont visité six bars de la capitale jeudi soir.

Les propriétaires de débits de boisson doivent s’attendre à une présence policière accrue tant et aussi longtemps que la région de la Capitale-Nationale sera en état de préalerte, prévient Robert Pigeon.

« On ne veut pas prendre les gens en défaut. On les avise qu'on va changer de ton à partir de maintenant. Il faut s'attendre à plus de visites, plus de présence policière et plus de coercition également. »

— Une citation de  Robert Pigeon, chef du SPVQ

Effectifs consacrés à la COVID-19

Dès samedi, les policiers auront des pouvoirs accrus pour faire respecter les mesures sanitaires, principalement le port du masque et la distanciation de deux mètres. Jusqu’à maintenant, seuls les commerçants pouvaient recevoir des contraventions en cas de non-respect des règles. Le nouveau décret qui sera promulgué par le gouvernement permettra maintenant de sévir contre les clients pris en défaut.

Nous allons avoir des effectifs sur chaque relève de patrouille qui seront spécifiquement dédiés au respect des nouveaux décrets, indique le chef du SPVQ. Les policiers ne remettront toutefois pas automatiquement des constats d’infraction. La première étape consiste toujours à demander la collaboration des individus.

Le guide d'application du DPCP nous demande de demander la collaboration des gens, donc c'est une des étapes qui est nécessaire à la remise d'un constat d'infraction.

Le chef Robert Pigeon mentionne au passage que les policiers ont toujours le pouvoir de sévir contre les personnes qui organisent des rassemblements privés de plus de 10 personnes. Il souligne toutefois que ce n’est plus un problème fréquent dans la capitale.

Les rassemblements privés sur notre territoire, ça va relativement bien. Le nombre d'appels en lien avec ça a diminué presque à zéro.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !