•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soulagement devant la reprise des programmes de sports-arts-études

Un garçon qui tient un ballon de basketball.

Les élèves inscrits dans ces programmes spécifiques pourront revenir à leur horaire régulier lundi.

Photo : Facebook : Thetford Mines en quelques mots

La décision de Québec d’autoriser la reprise des programmes de sports-études et d’arts-études est accueillie avec soulagement au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Depuis la rentrée, les élèves inscrits dans ces concentrations n’avaient pas pu joindre leur équipe sportive ou leur troupe de danse ou d’improvisation, par exemple, en raison des restrictions imposées par le gouvernement du Québec.

Les régions qui verront leur niveau d’alerte COVID-19 passer au rouge ou au orange devront par contre suspendre ces programmes spécifiques.

À la Polyvalente d’Arvida, le directeur Carl Lévesque avoue que les deux semaines qui se sont écoulées depuis la rentrée ont été longues. Son équipe a dû remanier les horaires complètement.

Ç’a créé une situation qu’on n’aurait pas pu tenir longtemps.

Carl Lévesque, directeur, Polyvalente Arvida
Carl Lévesque en entrevue.

Carl Lévesque, directeur de la Polyvalente Arvida, a dû rivaliser d'ingéniosité avec son équipe pour ajuster l'horaire des élèves.

Photo : Radio-Canada

On a dû assigner manuellement tout près de 250 périodes de math, de français, d’histoire, etc. en plus pour être capable de garder nos élèves à l’école et leur donner un service, explique-t-il, soulignant la collaboration de tout le personnel.

Carl Lévesque assure que tout est en place pour lundi.

L'étudiante Amaryllis De La Sablonière avait écrit une lettre au ministre de l'Éducation pour ramener les programmes de sports-études, d'arts-études et des activités parascolaires dans les écoles. À sa plus grande joie, elle reprendra le basketball dès lundi.

Pour certains jeunes et surtout moi, c'est vraiment une grosse motivation pour aller à l'école, monter nos notes, parce que si on a des mauvaises notes, on perd nos après-midi de sport-étude , dit-elle.

La directrice de l’école de danse Florence Fourcaudot, Julie Morin, est aussi emballée. La suspension des programmes d’arts-études, comme celui dans lequel elle est impliquée, ont provoqué un véritable chaos auprès de l’organisation, des élèves et des parents. Avec cette nouvelle, elle respire mieux.

On a tout préparé à l’intérieur de notre école de danse pour assurer une rentrée en toute sécurité. Nous sommes certains d’être parfaitement sécuritaires.

Julie Morin, directrice, École Florence Fourcaudot
Julie Morin en entrevue dans un studio de danse.

La directrice de l'École Florence-Fourcaudot a prévu plusieurs scénarios si d'autres changements s'imposent.

Photo : Radio-Canada

Encore des incertitudes

Que se passera-t-il si la région passe au niveau d’alerte orange ou rouge? Elle assure que plusieurs scénarios ont été envisagés et que l’organisation est prête à réagir dans plusieurs circonstances.

On a fait des plans si jamais un de nos professeurs était touché par la maladie ou s’il devait être isolé. On a un plan B et un plan C, mentionne-t-elle. L’enseignement à distance est même l’une des voies envisagées.

Des pieds de ballerines dans leurs chaussons de danse

Des danseuses font des étirements avant de commencer les cours

Photo : Radio-Canada

Ce n’est pas aussi clair à la Polyvalente Arvida. Si le niveau d’alerte change, le directeur avoue ne pas encore savoir ce qui attend les élèves. Revenir à un horaire conventionnel, sans sport ni art, serait intenable.

Juste pour mettre les élèves de sports-études dans un patron d’horaire régulier, il me faudrait neuf enseignants de plus, soutient-il.

Pour l’instant, la priorité est le retour des jeunes dans leur concentration respective lundi. Ce qui est déjà de bon augure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !