•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : ouverture d'un centre pour les patients qui ne peuvent s'isoler

La ministre Patty Hajdu lors de la conférence de presse.

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, estime que le centre pourra aider les personnes atteintes de la COVID-19 vivant en cohabitation et n'ayant pas les moyens de bien s'isoler.

Photo : Radio-Canada

Un établissement destiné à procurer un logement temporaire aux personnes infectées par la COVID-19 qui sont dans l’incapacité de s’isoler ouvrira à Toronto, annonce la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu.

Le centre doit ouvrir cette fin de semaine. Il sera géré par la santé publique de Toronto et comptera 140 chambres.

Son emplacement n’a pas été dévoilé.

Il s’agit de personnes qui vont utiliser cette installation pour guérir et récupérer de la COVID-19 et nous pensons qu’il est préférable de protéger leur vie privée.

La Dre Eileen DeVilla, médecin hygiéniste en chef de la Ville de Toronto

La médecin hygiéniste en chef de la Ville, Eileen DeVilla, a toutefois précisé que le centre est situé dans un endroit confortable, sûr et sécuritaire, qu’il est accessible pour les personnes qui auront besoin d’utiliser ce service et que l’emplacement est sensé lorsqu’on regarde les quartiers les plus à risque.

La Dre Eileen DeVilla répond aux questions des journalistes.

Les équipes de la Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto, sélectionneront les personnes qui pourront accéder au centre.

Photo : Radio-Canada

Alors que les gens retournent graduellement au travail et que les écoles rouvrent, nous nous attendons à voir une résurgence de cas, a expliqué la ministre fédérale de la Santé.

Le gouvernement fédéral a débloqué 13,9 millions de dollars pour assurer l'établissement et le fonctionnement de ce centre pendant une période de 12 mois.

Patty Hajdu a rappelé l’importance du respect des consignes sanitaires, incluant l’isolement lorsqu'une personne est porteuse du virus. Nous savons que ce n’est pas facile pour tout le monde, a-t-elle ajouté.

Des données préliminaires de Santé publique de Toronto et de Santé publique Ontario indiquent que les quartiers à faible revenu ont été touchés de manière disproportionnée par le coronavirus.

La ministre Patty Hajdu lors de la conférence de presse.

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, estime que le centre pourra aider les personnes atteintes de la COVID-19 vivant en cohabitation et n'ayant pas les moyens de bien s'isoler.

Photo : Radio-Canada

Les personnes de ces quartiers peuvent avoir plus de difficulté à s'isoler correctement, souligne le communiqué diffusé par le ministère de la Santé du Canada.

Nous avons vu, à travers le monde, que l’un des plus grands risques de transmission est au sein d’un même foyer.

Patty Hajdu, ministre de la Santé du Canada

Le centre d’isolement volontaire pourra aider à procurer un endroit sécuritaire pour les personnes qui cohabitent avec leur famille ou des colocataires et ne peuvent s'isoler efficacement.

Les personnes qui auront accès à ces installations seront sélectionnées au cas par cas par le processus de gestion des cas de la santé publique de la Ville, a ajouté la Dre Eileen DeVilla. Ces personnes pourront cependant refuser l'invitation puisque l’utilisation du centre se fera de façon volontaire.

Cette aide est la bienvenue et elle est nécessaire, a réagi le maire de Toronto, John Tory, en conférence de presse.

La ministre Hajdu n’a pas écarté la possibilité que d’autres villes puissent recevoir une aide similaire, même si aucun autre centre de ce type n’est prévu ailleurs au pays.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !