•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je ne céderai pas au harcèlement », dit une journaliste critiquée pour un décolleté

La journaliste Kori Sidaway lors de la présentation d'un bulletin d'information.

La journaliste Kori Sidaway ne veut pas se laisser intimider par des internautes au sujet de son apparence.

Photo : CHEK News

Radio-Canada

Une présentatrice de nouvelles de l'île de Vancouver dénonce les messages qu'elle a reçus après avoir porté en ondes un chandail laissant entrevoir un léger décolleté.

La journaliste de CHEK News Kori Sidaway a reçu un courriel d'un téléspectateur titré : Dernière heure. Un trop grand décolleté peut nuire à la nouvelle.

Le message montre une photo de Kori Sidaway portant un chemisier blanc lors de la lecture du bulletin d’information avec, à côté, une photo montrant un décolleté plongeant.

Ce que vous pensez que nous voyons et ce que nous voyons réellement, lit-on sous les photos. Le message est signé par la patrouille du décolleté de l’île de Vancouver.

Le courriel a été envoyé à la journaliste, à son patron ainsi qu’à l’ensemble de la salle de nouvelles, dans le but de m'humilier et de surveiller mon corps, croit Kori Sidaway.

Une image montre la présentatrice de nouvelles Kori Sidaway, une seconde image montre un décolleté plongeant.

Le courriel reçu montrait deux images : l'une de Kori Sidaway et une autre d'un décolleté plongeant.

Photo : Twitter/Kori Sidaway

Ce n’est pas la première fois que la journaliste reçoit des messages ciblant son apparence. En temps normal, elle trouve du réconfort auprès de ses collègues féminines.

Or, cette fois-ci, Kori Sidaway a décidé de publier un message sur les réseaux sociaux, afin de transformer le message et de lui donner de la puissance.

Je ne voulais tout simplement pas rester dans la honte. Je ne voulais pas intérioriser ce harcèlement.

Kori Sidaway, journaliste, CHEK News

Aux guerriers numériques anonymes qui tentent de réduire les femmes à une simple tenue ou à une partie du corps, notre génération ne cède pas au harcèlement, a écrit Mme Sidaway dans un gazouillis.

Du soutien et du harcèlement

Depuis sa sortie publique, Kori Sidaway a reçu une vague de soutien, et son histoire a poussé de nombreuses journalistes partout au pays à faire part aux autres d'expériences semblables.

Nous surveillons le corps des femmes depuis des éternités, déplore Kori Sidaway.

Néanmoins, tous les messages reçus ne sont pas encourageants : Il y a des gens qui croient que ma tenue est inappropriée pour la télévision.

Un internaute lui a d’ailleurs suggéré de se lancer dans l'industrie de la pornographie, dit-elle.

En ondes depuis environ deux ans, Kori Sidaway commence tout juste à se sentir à l'aise. Elle ne veut pas que cet incident affecte ses choix vestimentaires, mais elle sait que cela la hantera pendant un certain temps.

Cela étant dit, je suis prête à porter cette tenue de nouveau, et je le ferai samedi, indique Kori Sidaway.

Avec les informations de Bridgette Watson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !