•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Dès 1657, les Sulpiciens jouent un rôle important et discret dans l’histoire du Canada

Le Vieux Séminaire de Saint-Sulpice situé à côté de la basilique Notre-Dame de Montréal.

Les Sulpiciens ont eu une influence profonde sur l'histoire du Canada français et de Montréal.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Durant l’été 2020, le sort incertain réservé aux très imposantes archives de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice a amené dans l’actualité le nom de cet ordre religieux. Ces derniers ont joué un rôle considérable, discret et souvent insoupçonné, dans l’histoire de Montréal et du Canada français, comme le rappellent nos archives.

Présents au Canada et à Montréal depuis 1657

Ils donnent une impulsion extraordinaire à l’histoire de notre ville.

 Dominique Deslandres, 2007

Le 17 juin 2007, l’émission Le jour du Seigneur souligne le 350e anniversaire de l’arrivée des prêtres sulpiciens en Nouvelle-France.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le jour du Seigneur, 17 juin 2007

L’animateur Mario Paquet interviewe à cette occasion Dominique Deslandres, professeur d’histoire à l’Université de Montréal.

Celle-ci est coauteure d’un livre sur l’histoire de cet ordre religieux.

Elle confirme le rôle très important, mais discret, des Sulpiciens dans l’histoire du Canada français, et de la ville de Montréal en particulier.

Les Sulpiciens ont été les seigneurs-propriétaires de l’île de Montréal de 1663 à 1840.

Durant cette période, ils ont veillé tant au peuplement de ce qui allait devenir Montréal qu’à son développement spirituel et en matière d’éducation.

Ainsi, les Collèges de Montréal et André-Grasset, situés dans les arrondissements montréalais de Ville-Marie et d’Ahuntsic-Cartierville, ont été fondés par les Sulpiciens respectivement en 1767 et en 1927.

Les Sulpiciens ont aussi construit sur la rue Saint-Denis la bibliothèque Saint-Sulpice qui a été la première bibliothèque publique de langue française à Montréal.

Depuis 1967, l’édifice appartient au gouvernement du Québec et a connu une histoire avec des hauts et des bas.

Le Vieux Séminaire de Montréal, où ont été formés beaucoup de prêtres du Québec, a été fondé pour sa part en 1683 par les Sulpiciens.

Situé à côté de la basilique Notre-Dame, il constitue le plus ancien édifice privé de la métropole.

Un édifice tricentenaire

En 1988 s’effectuent des rénovations à l’intérieur de l’édifice du Vieux Séminaire de Saint-Sulpice de Montréal.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Montréal ce soir, 14 juin 1988

L’architecte et urbaniste Denis Marchand profite de l’occasion pour nous faire visiter, par le biais d’un reportage présenté au Montréal ce soir le 14 juin 1988, l’intérieur de ce bâtiment historique.

Montréal ce soir est animé ce jour-là par Charles Tisseyre.

On découvre dans ce reportage les différentes étapes de la construction du Vieux Séminaire.

Des éléments surprenants dans l’édifice sont sans conteste les trois voûtes souterraines situées en dessous de la rue Notre-Dame.

On y trouvait les cuisines, le réfectoire et la cave à vin.

Le Grand Séminaire de Montréal possède aussi un trésor caché.

Il s’agit de son magnifique jardin muré où les Sulpiciens faisaient pousser leurs fruits et leurs légumes.

Par ailleurs, saviez-vous que l’horloge du Vieux Séminaire de Montréal était la seule à donner l’heure aux Montréalais jusque vers 1881?

C’est dans le Vieux Séminaire que reposent les imposantes archives des Sulpiciens.

Ces archives sont constituées de 1 kilomètre de documents textuels, de 75 000 pièces iconographiques, de plus de 8000 cartes géographiques et devis techniques, ainsi que des enregistrements sonores et filmiques.

C’est une des plus importantes collections qui existe sur l’histoire de la Nouvelle-France.

La pinède d’Oka

L’influence des Sulpiciens ne se fait pas sentir qu’à Montréal.

En 1717, les religieux reçoivent du roi Louis XV la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes, où émergeront par la suite la municipalité d’Oka et la communauté des Mohawks de Kanesatake.

Mais saviez-vous que les Sulpiciens sont responsables de la création de la pinède qui se trouve à côté du village d’Oka?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

La semaine verte, 23 novembre 1986

Le journaliste Réal Ouimet, dans un reportage diffusé à l’émission La semaine verte du 23 novembre 1986, nous présente l’histoire de cette pinède.

L’émission est animée par Yvon Leblanc et le reportage est narré par Myra Cree.

La pinède, constituée de 100 000 arbres, a été plantée pour protéger Oka de l’ensablement qui menaçait pratiquement tous les ans le village et ses terres agricoles.

La mise en place des pins à Oka a, de l’avis de plusieurs, sauvé le village de la destruction ou d’un déménagement que ses habitants ne désiraient pas.

La pinède d’Oka est souvent mentionnée comme étant la plus vieille forêt plantée en Amérique du Nord.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.