•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

UNIS fournira aux parlementaires tous les documents qu'ils veulent

Les deux hommes sur une scène lors d'un événement WE Day.

Les fondateurs d'UNIS, Craig et Marc Kielburger

Photo : La Presse canadienne / Hannah Yoon

L'association caritative UNIS (WE Charity, en anglais) s'engage à continuer de collaborer avec le comité des finances du Parlement malgré la fin de ses activités canadiennes.

Par courriel, l'organisme a confirmé à Radio-Canada jeudi qu'il fournira les documents demandés par les conservateurs dans le cadre de l'enquête du comité sur ce qu'il est désormais convenu d'appeler « le scandale UNIS », et ce, conformément à la promesse faite en juillet lors du témoignage de ses fondateurs, les frères Craig et Marc Kielburger.

Ces documents seront fournis aux députés une fois qu'il y aura un nouveau comité, a précisé l'association. Car le comité permanent des finances ne siège pas ces jours-ci; le Parlement a été prorogé jusqu'au 23 septembre.

Un tel contexte laissait planer de l'incertitude en ce qui a trait à la promesse des frères Kielburger de fournir les documents demandés. La fin des activités d'UNIS au Canada, annoncée mercredi, ajoutait à cette ambiguïté.

Réagissant à cette nouvelle, mercredi, le nouveau chef du Parti conservateur, Erin O'Toole, avait notamment fait part de ses inquiétudes sur Twitter quant aux documents réclamés par sa formation politique.

Son leader parlementaire, Gérard Deltell, et le néo-démocrate Alexandre Boulerice avaient tenu des propos similaires mercredi, en entrevue à Radio-Canada.

Une nouvelle session dans deux semaines

Le comité des finances pourra donc reprendre son enquête là où il l'a laissée cet été, lorsque le discours du Trône du 23 septembre prochain sera adopté.

La fermeture de WE ne change rien, a écrit jeudi matin le porte-parole conservateur en matière de finances, Pierre Poilievre, sur Twitter. Le comité des finances reprendra ses enquêtes à la réouverture du Parlement. Ils peuvent tenter de courir, mais ils ne peuvent pas se cacher.

Les conservateurs ont demandé à UNIS de leur fournir les montants précis versés aux membres de la famille du premier ministre Trudeau qui ont été rémunérés pour leur participation, comme conférenciers, à plusieurs événements WE Day tenus au cours des dernières années.

Ils souhaitent aussi obtenir plus de détails sur les communications entre l'organisme, certains ministres du gouvernement et le personnel de ceux-ci.

Un fiasco sur toute la ligne

UNIS devait à l'origine gérer la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, un programme dont le coût total a été évalué à 912 millions de dollars. Ce contrat aurait pu rapporter 43,5 millions à l'organisme.

Le programme était censé couvrir jusqu'à 5000 $ en droits de scolarité pour les étudiants qui auraient fait du bénévolat pendant la pandémie de COVID-19.

C'était jusqu'à ce qu'on découvre les liens très étroits entre UNIS, le premier ministre Trudeau et certains membres de son gouvernement, dont l'ex-ministre des Finances Bill Morneau, qui a depuis remis sa démission. Tous deux font aujourd'hui l'objet d'une enquête du commissaire fédéral à l'éthique.

UNIS a pour sa part renoncé en juillet à gérer le programme, qui est maintenant entre les mains des fonctionnaires du gouvernement fédéral.

Avec Louis Blouin et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !