•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vague de démissions inquiète l’Association francophone des municipalités

Frédérick Dion.

Frédérick Dion, directeur général de l'AMFNB (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Cinq élus municipaux ont annoncé leur départ en deux semaines dans les communautés francophones du Nouveau-Brunswick. Alors que l’élection municipale a été annulée sans date de report, l'effritement des conseils municipaux risque de s'intensifier et de provoquer une perte d'autonomie.

Après les maires de Bathurst et d’Edmundston la semaine dernière, c'est maintenant la mairesse de Maisonnette et deux conseillers de Kedgwick qui tirent leur révérence.

Selon Frédérick Dion, directeur général de l'Association francophone des municipalités, le prolongement des mandats municipaux engendré par l’annulation des élections au printemps dernier, pandémie oblige, pèse sur les élus.

On est dans la cinquième année d'un mandat normal qui aurait dû durer quatre ans et on n’a pas encore de date définitive pour la tenue de prochaines élections. Donc devant cette incertitude-là, des gens doivent prendre des décisions.

Les élus, dit-il, comprennent mal qu'une élection municipale n'a pas toujours été annoncée. On a tenu une élection provinciale alors que c'était pas nécessairement obligatoire ou nécessaire et les élus sont un peu déçus. Il y a une certaine incompréhension, du moins par rapport à cette approche-là, alors que ce sont eux normalement qui auraient dû aller en élection.

On ne doit pas laisser la situation se détériorer davantage, dit Frédérick Dion, qui presse le gouvernement provincial d'agir rapidement dans le dossier.

Les conseils municipaux doivent compter sur un nombre minimum de conseillers pour être en mesure de prendre des décisions. Quand plusieurs conseils démissionnent, cela engendre une perte de quorum et aucune décision ne peut être prise. C’est dans un tel scénario que redoute Frédérick Dion.

Si effectivement on perdait une majorité d'élus autour de la table, il n’y aurait pas de quorum mais et une forme de tutelle qui devrait prendre place, explique-t-il.

À Maisonnette, Viviane Baldwin a invoqué des raisons personnelles pour justifier sa démission. À Bathurst et à Edmundston, les maires ont annoncé leur démission afin de pouvoir joindre l’équipe du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick. À Kedgwick, le conseil municipal devra apprendre à fonctionner avec deux conseillers en moins après que Lynne Savoie et Jacques Martel ont eux aussi décidé de quitter leurs postes.

La législation adoptée en mars a retardé les scrutins que les candidats avaient passé des mois à anticiper et à préparer. Ce projet de loi a permis au ministre de l'Environnement et des gouvernements locaux de reporter les votes jusqu’au 10 mai 2021.

D'après le reportage de François Lejeune

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !