•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yves-François Blanchet prend le pouls de l'Abitibi-Témiscamingue

Yves-François Blanchet s'adresse aux micros des journalistes.

Le chef du Bloc Québécois Yves-François Blanchet de passage en Abitibi-Témiscamingue le 10 septembre.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

De passage en Abitibi-Témiscamingue, le chef bloquiste Yves-François Blanchet dit mieux comprendre les enjeux de la région qui pourraient figurer dans le plan de sortie de la COVID-19 que prépare sa formation politique.

Le chef du Bloc Québec a multiplié les rencontres depuis mercredi, s’arrêtant notamment à Amos, Pikogan et à l’usine Eacom de Val-d’Or.

La question de la desserte aérienne et la pénurie de main-d’oeuvre figurent au coeur de ses préoccupations. Il reconnaît par contre que l’humeur de la région n’est pas à la détresse, avec une économie qui reprend de la vigueur et le plus bas taux de chômage au Canada.

On vient ici et on sent une volonté de durer, d’amélioration et de stimulation de ce qui est aussi une signature régionale, soit la créativité, la culture et le tourisme. Les gens ont des attentes légitimes par rapport à ça.

Le chef bloquiste estime aussi que le phénomène du navettage aérien, le fly in fly out, est un frein à la vitalité économique de la région.

C’est une espèce de kidnapping local. Des gens viennent ici exploiter les ressources en échange d’un salaire qui sera dépensé ailleurs, versé par des entreprises qui vont transformer ailleurs, les ressources que ces gens-là auront extraites. Y’a manière d’améliorer ça en matière de bilan économique pour la région.

Le Bloc québécois doit dévoiler son plan de sortie de COVID-19 la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !