•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

17M $ perdus à la billetterie pour les salles de spectacle pluridisciplinaires au Québec

Des gens dans une foule compacte tiennent leurs mains dans les airs. Des lumières s'illuminent au-dessus de la scène.

Les salles de spectacle réclament de l'aide pour rester ouvertes.

Photo : getty images/istockphoto / Bernard Bodo

Radio-Canada

La pandémie de COVID-19 a provoqué le report ou l’annulation de 3400 représentations et a fait perdre 17 millions de dollars à la billetterie aux diffuseurs pluridisciplinaires de spectacles au Québec, entre le 12 mars et le 30 juin, selon une étude réalisée pour l’Association professionnelle des diffuseurs de spectacles (RIDEAU).

Ce manque à gagner affecte l’ensemble du secteur des arts de la scène, puisque 75 % de cette somme de 17 millions de dollars devaient être retournés aux artistes ainsi qu’à ceux et celles qui produisent les spectacles. 

Depuis bientôt six mois que la crise de la COVID-19 a commencé, chaque mois d’inactivité coûte 7 millions de dollars en revenus aux diffuseurs pluridisciplinaires, le nombre de salles pluridisciplinaires ayant rouvert leurs portes étant marginal.

Une relance précaire

Quand on se projette, c’est très inquiétant, a déclaré David Laferrière, président de RIDEAU, en entrevue avec Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18

La relance des salles de spectacle pluridisciplinaires est compliquée par la nécessité de respecter les normes de distanciation physique. 

David Laferrière est également à la tête du Théâtre Gilles-Vigneault, qui est situé à Saint-Jérôme, dans les Laurentides. Cette salle de 860 sièges ne peut accueillir que 210 personnes présentement. Évidemment, ce n’est pas viable économiquement, a-t-il souligné. 

De l’aide réclamée

Le milieu de la diffusion de spectacles bénéficie d’une aide du ministère de la Culture et des Communications, qui a annoncé, en août, le versement de 20,3 millions de dollars à 318 organismes de création, de production et de diffusion. 

Par exemple, grâce au soutien des pouvoirs publics, l’ensemble des pertes de billetterie et de revenus auxiliaires subies par le Théâtre Gilles-Vigneault entre mars et juin vont être compensées. 

Toutefois, les diffuseurs pluridisciplinaires de spectacles ont besoin d’un coup de pouce pour traverser les prochains mois. Sans aide à la billetterie, nous ne tiendrons pas plus que 6 à 8 mois, a mis en avant David Laferrière dans le communiqué de presse publié par RIDEAU, qui regroupe 350 salles.

Il y a une écoute certaine et une ouverture de la part des gouvernements. [...] On a confiance que les choses vont avancer, [mais] on se demande vraiment ce qui nous attend cet hiver et au printemps pour que nos lieux puissent demeurer ouverts.

Une 2e vague « catastrophique »

Et si la pandémie de COVID-19 connaissait une deuxième vague importante au Québec? Un reconfinement et une refermeture de nos salles de spectacle seraient catastrophiques, a indiqué David Laferrière, tout en précisant que c’est un scénario auquel son secteur doit se préparer.

Avec son étude, effectuée par la firme AppEco, RIDEAU a aussi voulu mettre en lumière la contribution économique de son activité de diffusion de spectacles, qui génère 145 millions de dollars de revenus par an. Ce chiffre ne tient pas compte de l’apport économique des sorties culturelles pour le secteur des restaurants, des bars et des hôtels. 

De plus, près de 2000 emplois directs dépendent de la diffusion de spectacles. Ces emplois sont aujourd’hui menacés, selon RIDEAU. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !