•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Une panoplie d'emojis.

Radio-Canada a demandé à des élèves ce que cette rentrée scolaire leur évoque.

Photo : Twitter @emojipedia

Radio-Canada

Ces élèves décrivent leur rentrée scolaire en trois émojis. Six mois après le début du confinement, le retour en classe est un mélange de soulagement teinté de certaines appréhensions concernant les nouveaux protocoles en place.

La jeune fille regarde la caméra.

Maëlle Siaka-Djuissi a effectué sa rentrée en 6e année jeudi.

Photo : Photo soumise par Pierre-Valéry Siaka

Inscrite en 6e année à l’école Jeanne-Lajoie, dans le nord-est de Toronto, Maëlle Siaka-Djuissi a effectué sa rentrée jeudi. Voici ses impressions, recueillies quelques jours avant le retour en classe :

Le questionnement, la joie et le doute en émojis.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le questionnement, la joie et le doute ressortent chez Maëlle, qui entre en 6e année.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Le visage pensant

J’ai choisi celui-là parce que je ne sais pas ce qui va se passer encore. Je sais qu’on va marcher chacun à deux mètres de l’autre et qu’on va aussi faire la récréation une classe à la fois. Surtout, je ne sais pas si mes amies seront là.

J’ai hâte de revoir les autres que je n’ai pas vus depuis 6 mois, mes amis et tout le reste.

Maëlle, scolarisée à Toronto.

Pour elle, les cours en ligne ont été supportables, mais l’envie de retourner à l’école s’est faite ressentir.

Le câlin

C’était bien de travailler à la maison c’était un peu dur au début parce qu’on ne savait pas trop comment s’adapter et après, on a commencé à s’adapter. Avant on utilisait l’ordinateur à l’école un peu comme une récompense. On pouvait regarder des vidéos ensemble, faire des meetings, mais après c'était seulement à la maison.

Le visage déçu

Celui-là veut dire que je me soucie un peu de ce qui va se passer si quelqu’un est malade et ne revient plus. Les règles sont difficiles à expliquer. J’ai peur que le vaccin ne vienne pas vite et qu’on reste beaucoup de temps comme ça. Je pense que les maîtresses vont nous rassurer, j’espère au moins.


Capture d'écran d'une entrevue vidéo avec le jeune homme installé dans son domicile.

Edgar Sarrazin, scolarisé à Thunder Bay, regrette l'absence de cours de volleyball cette année.

Photo : Radio-Canada

Edgar Sarrazin, de Thunder Bay, est en classe depuis le 3 septembre à l'école catholique secondaire de la Vérendrye en 10e année.

Un large sourire, un regard inquiet et un autre déçu.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'absence de cours d'éducation physique préoccupe Edgar, scolarisé à Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Le visage rayonnant

J’ai choisi cet émoji parce que j’avais hâte de retrouver l’école et mes amis puis de sortir un peu de ma maison parce que ça fait tellement longtemps qu’on est pris ici. Les cours à la maison c’était pas aussi sérieux qu’à l’école. Certains professeurs nous donnaient des vidéos à regarder, et d’autres c’était plus sérieux ils nous donnaient plus de travail mais, ouais, ça a été.

Le visage déçu

J’aimais bien être en quarantaine me réveiller vers 9 h puis ne pas vraiment avoir un horaire alors je pouvais m’entraîner un peu n’importe quand et me faire mon propre dîner au lieu de manger le même sandwich tous les jours. Malgré tout j’ai juste essayé d’être à l’école parce que je préfère avoir le prof devant moi, je peux lui poser des questions.

Le visage contrarié

Ils ont annulé tous les sports. L’année dernière j’avais vraiment aimé jouer au volley-ball puis là, il n'y en a plus. Alors je trouve ça vraiment dommage. Cet émoji c’est vraiment pour les activités parascolaires. Dans ce que j’aime faire il y a aussi le soccer pis le badminton pis je fais beaucoup de ski de fond aussi, c’est dommage qu’il n'y ait pas de ski de fond.


Capture d'écran d'une entrevue vidéo avec la jeune fille.

Adele Harvey trépignait d'impatience à l'idée de retrouver ses amis à l'école.

Photo : Radio-Canada

Adele Harvey a connu une rentrée doublement spéciale puisqu’elle a fait son entrée dans le secondaire à l’école catholique La Vérendrye, à Thunder Bay, en 7e année.

C’était amusant, on n’a vraiment rien fait. On a joué des jeux pour connaître les autres parce qu’il y a beaucoup de personnes qui viennent d'arriver à La Vérendrye.

Trois émojis côte à côte.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deux sourires, l'un plus large que l'autre et des coeurs pour cette élève.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Le visage gêné

J’ai choisi celui là parce que j’étais un peu nerveuse. J’étais nouvelle dans cette école qui va jusqu’à la 12e année. Je n’étais pas trop certaine à quoi m’attendre avec la COVID. 

Le visage rayonnant

J’étais vraiment contente parce que je voulais commencer l’école, voir mes nouveaux enseignants et je voulais voir mes amis parce que je ne les ai pas vus pendant longtemps. Certains n’étaient pas là pour la dernière journée à l’école et je ne savais pas si j’allais ne pas les voir pendant longtemps donc j’étais contente de les revoir.

Les deux coeurs

J’aime l’école parce qu’on n’était pas là pendant longtemps. J’aime la routine de me réveiller assez tôt et aller à l’école et j’aime revoir mes amis. Cette année c’était beaucoup plus long que d’habitude. J’étais excitée de voir mes amis.


Les deux jeunes filles côte à côte sourient devant elles.

Marie-Soleil et Anne-Sophie Hébert (de gauche à droite) se disent heureuses de retourner à l'école.

Photo : Photo soumise par Julie Roy

Les deux sœurs Anne-Sophie et Marie-Soleil, qui entrent respectivement en 5e année à l'école catholique Saint-Louis et en 3e année à l’école catholique Pavillon Notre-Dame, à Hearst, montrent un grand entrain, au lendemain de leur retour à l'école.

Les choix d'Anne-Sophie :

Un pouce levé, un visage craintif et un autre accueillant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les émojis d'Anne-Sophie : Un pouce levé, un visage craintif et un autre accueillant.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Le pouce

J’étais heureuse d’aller à l’école. J’étais pas mal tannée de rester à la maison. Pendant ces mois j’ai vu mes copains sur Zoom et je les ai vu un peu mais on gardait des distances.

Le visage grimaçant

J’étais vraiment nerveuse, parce que c’est ma première année à l’École Saint-Louis et je ne savais pas qui seraient mes amis, il y en a qui ont fait le même changement que moi.

Le câlin

J’étais très contente parce que je voulais aller à l’école, je ne voulais pas faire l’école à la maison. Ça n’allait pas bien. Je pouvais quand même travailler mais je préfère l’école. Parce que je voulais revoir mes amis, à la maison c’est ennuyeux.

Les choix de Marie-Soleil :

de gauche à droite, un sourire, un coeur et un pouce levé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les choix de Marie-Soleil, après sa première journée d'école de l'année.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Le visage rayonnant

Parce que j’étais très contente de revoir mes amis et revoir ma maîtresse. Très contente de voir comment ça allait se passer ma première journée.

Le coeur

J’aime ça l’école, j’ai adoré ma maîtresse et j’ai adoré mes nouvelles amies.

Le pouce

Je l’ai choisi parce que ça s’est bien passé, j’ai bien joué, j’ai passé une belle journée. On a une grande cour pour la récréation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !