•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections américaines : Twitter s'attaque à la désinformation électorale

Une main tient un téléphone intelligent sur lequel on voit l’application Twitter.

Twitter compte 85 millions d'utilisateurs.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

À une cinquantaine de jours des élections américaines, le réseau social Twitter a annoncé, jeudi, de nouvelles mesures s'appliquant spécifiquement à la désinformation électorale.

À partir de la semaine prochaine, nous allons étiqueter ou supprimer les informations fausses ou trompeuses destinées à saper la confiance du public en une élection ou un autre processus civique, a indiqué la compagnie sur son blogue, assurant son engagement à protéger l'intégrité de la conversation électorale.

Dans certains cas, les tweets seront carrément supprimés, mais, dans d'autres, le tweet sera simplement masqué et mènera à des informations contextuelles émanant de sources officielles et de médias reconnus comme fiables.

Les tweets visés par la nouvelle politique seront ceux présentant des contenus mensongers ou même semant la confusion sur des sujets comme la falsification des bulletins de vote, le truquage des élections et les résultats des élections.

Cela inclut notamment des tweets d'utilisateurs revendiquant la victoire avant que les résultats des élections n'aient été certifiés, incitant à un comportement illégal pour empêcher un transfert pacifique du pouvoir ou une succession ordonnée, précise Twitter.

L'objectif est de renforcer la protection contre les contenus susceptibles de supprimer le vote et de contribuer à arrêter la diffusion de fausses informations préjudiciables qui pourraient compromettre l'intégrité d'une élection ou d'un autre processus civique.

Extrait de la déclaration de Twitter

Le but n'est pas de soumettre les messages à une épreuve des faits, mais de fournir un contexte éclairant lorsque le contenu prête à confusion, indique Twitter.

La nouvelle politique permettra de réduire la visibilité des tweets étiquetés, qui pourront seulement être vus par les utilisateurs suivant les comptes d'où ils ont émané.

Les nouvelles politiques entreront en vigueur le 17 septembre. Selon le New York Times, elles s'appliqueront au-delà du soir du 3 novembre, soit jusqu'à ce que les résultats soient connus.

En raison des délais qu'entraînera l'important volume attendu de bulletins de vote envoyés par la poste, dans certains États jusqu'au soir de l'élection, l'annonce officielle des résultats pourrait prendre plusieurs jours, voire des semaines.

Plus tôt cette année, Twitter a déjà sévi à quelques reprises contre Donald Trump. L'entreprise a même signalé comme trompeurs certains de ses tweets sur le vote postal, que le président présente, sans preuves, comme un processus ouvrant la porte à une fraude électorale d'une envergure jamais vue. Le président a alors accusé le réseau social d'interférer avec les élections et d'étouffer la liberté d'expression.

Twitter avait déjà interdit les publicités électorales sur son site l'an dernier.

La nouvelle initiative suit une décision similaire prise la semaine dernière par Facebook.

Les deux réseaux sociaux ont également une politique contre la désinformation liée au coronavirus. En août, Twitter a par exemple bloqué temporairement le compte de l'équipe de réélection du président sortant parce qu'il véhiculait des informations erronées sur la COVID-19.

NBC News rapportait récemment qu'une coalition réunissant des géants technologiques comme Facebook, Twitter, Google et Microsoft tiendrait régulièrement des rencontres avec des agences gouvernementales jusqu’aux élections américaines dans le but de lutter contre la désinformation et l’interférence étrangère, des phénomènes qui ont pris de l'ampleur lors de la campagne électorale de 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !