•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une affluence soudaine met à l’épreuve un site de dépistage à Laval

File d'attente sur un site de dépistage de la COVID-19 à Laval.

Une augmentation de candidats met à l’épreuve un site de dépistage de la COVID-19 à Laval.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des policiers ont dû intervenir mercredi à Laval pour renvoyer chez elles plusieurs personnes mécontentes d’avoir attendu des heures entières sans parvenir à subir le test de la COVID-19. Le ministre de la Santé songe carrément à un retour au dépistage sur rendez-vous.

Les responsables expliquent ces ratés par une augmentation soudaine du nombre de candidats au dépistage et assurent être en cours d'adaptation.

Une longue attente

Une dame affirme s’être présentée sur les lieux vers 13 h 30 avant de devoir repartir sans subir le test.

Quand on a su qu’on ne pourrait pas passer, on n’était pas contents [...] On a vraiment senti qu’on était traités comme des numéros, confie un homme.

COVID-19         : ce qu'il faut savoir

Cinq cliniques et des heures étendues

Réagissant à cette hausse subite d'achalandage, le CISSS de Laval a annoncé jeudi après-midi que les heures d'ouverture de cinq cliniques de dépistage seront prolongées afin d'accueillir davantage de gens.

Emplacement des cinq cliniques

  • Aréna Pierre-Creamer, 1160 boul. Pie-IX, Laval;
  • 34D, boulevard Cartier Ouest, Laval (dès le 11 septembre 2020);
  • Unité mobile (située dans le stationnement de l'aréna Cartier au 100, Montée Major, Laval);
  • 1200, boulevard Chomedey, Laval (ouvert jeudi);
  • 3400, boulevard Dagenais, Laval.

Le CISSS de Laval demande à la population de prendre connaissance des temps d'attente sur son site Internet (Nouvelle fenêtre) avant de se présenter à l'une de ces cliniques.

En entrevue à l'émission Tout un matin, le Dr Jean-Pierre Trépanier, directeur de la santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval, a expliqué que les cliniques de dépistage connaissent un achalandage accru depuis quelques jours.

On avait déjà eu une très grosse journée lundi avec 881 tests. C’était l’une des plus grosses depuis le début de la pandémie. Il y a deux jours, on a fait 1094 tests, donc 200 tests de plus qu’une journée record. Hier, on en a fait encore plus de 1000.

Dr Jean-Pierre Trépanier, directeur de la Santé publique du CISSS de Laval

Le code de couleurs annoncé par Québec place Laval en préalerte avec une couleur jaune, ce qui peut avoir contribué à inciter les gens à se présenter dans les cliniques de dépistage. Mais cela n’excuse pas le fait que les gens ont attendu. On s’attendait à un achalandage, mais peut-être pas à ce niveau-là, estime Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux.

Ça prend généralement quelques jours pour s’adapter. C’est ce qu’on fait cette semaine, déclare de son côté le Dr Trépanier.

Pour un cas d’infection de COVID-19, ce sont potentiellement 75 personnes qui devront être retrouvées et contactées par les autorités de la santé publique afin de les amener à subir un test de dépistage, selon le CISSS de Laval.

Dépistage sur rendez-vous

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pour éviter les longues files d’attente et les débordements comme celui constaté à Laval, le gouvernement songe à présent à un retour au dépistage sur rendez-vous.

Ma grande préoccupation est qu’on soit capables, dans les prochains jours, de revenir peut-être plus à du dépistage qui va se faire sur rendez-vous. Ce qu’on ne veut pas est que les gens attendent.

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Pour le ministre Dubé, une des solutions est l’augmentation du nombre de centres de dépistage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !