•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TIFF 2020 : les films à ne pas manquer

L'affiche du film Nomadland.

Le TIFF présentera « Nomadland », de Chloé Zhao, mettant en vedette Frances McDormand - un film présenté en première mondiale simultanément par le TIFF, la Mostra de Venise et le Festival du film de New York.

Photo : Courtoisie

Claudia Hébert

Le 45e Festival international du film de Toronto (TIFF) commence aujourd’hui, mais sans tapis rouges, sans la visite des stars du grand écran, et sans que la Ville Reine soit prise d’assaut par la fièvre du cinéma ou que le centre-ville soit paralysé par les festivités.

Si certains tenteront l’expérience en salle, d’autres essaieront plutôt la formule ciné-parc ou encore cinéma en plein air. Et fini les longues files d’attente pour tenter d’obtenir un billet de dernière minute : les films cette année sont plus accessibles que jamais, grâce à la plateforme de visionnement en ligne, où les oeuvres sélectionnées sont rendues accessibles aux cinéphiles. D’un océan à l’autre, le TIFF s’invite cette année dans le salon des festivaliers canadiens.

La plateforme en ligne offre toutefois les films suivant un horaire, avec des vitrines de visionnement de 24 h. Vaut donc mieux se faire un horaire de cinéphile à l’avance, et pour vous aider, la reporter culturelle Claudia Hébert vous offre quelques suggestions de films à surveiller.

NOMADLAND

L'affiche du film Nomadland.

Nomadland, de Chloé Zhao

Photo : Courtoisie

La réalisatrice américaine Chloé Zhao nous avait précédemment offert, avec The Rider, l’un des plus beaux films de 2017. Alors qu’elle est en préparation d’un film de superhéros pour Marvel - The Eternals - elle a pris la route avec l’actrice Frances McDormand pour s'intéresser au nomadisme contemporain.

Adaptation d’un livre de Jessica Bruder, Nomadland suit Fern, une femme qui parcourt l’Ouest américain au volant de son VR, suivant les saisons et les petits boulots, sans désir de se poser nulle part. Mais quand elle rencontre une communauté de nomades comme elle, elle hésite à y tisser des liens trop forts. 

ANOTHER ROUND

On voit un homme boire du champagne à la bouteille devant une foule en liesse.

Another Round, du réalisateur danois Thomas Vinterberg

Photo : Courtoisie du TIFF

Un groupe d’amis se met en tête de vivre selon une obscure philosophie suivant laquelle l’homme a besoin d’un certain pourcentage d’alcool dans son sang pour fonctionner. Leur projet : boire constamment pendant la journée pour garder leur taux d’alcoolémie à 0.05 % en tout temps.

Le précepte leur amène tout d’abord un tout nouveau succès dans leurs vies professionnelles et personnelles, surtout pour Martin, un enseignant habituellement sobre qui n’arrivait plus à trouver de motivation dans son travail et dans son couple. Mais quand l’expérimentation vacille, les protagonistes se disent que peut-être il faut seulement boire un tout petit peu plus…

Mads Mikkelsen porte ce projet mené par le réalisateur danois Thomas Vinterberg - lequel lui avait permis de mettre la main sur le prix d’interprétation à Cannes en 2012 pour The Hunt.

BEANS

Deux jeunes femmes dans les bois.

Beans, de la réalisatrice Tracey Deer

Photo : Courtoisie du TIFF

La réalisatrice mohawk Tracey Deer se souvient bien de la crise d’Oka, affrontement de près de trois mois entre, d’un côté, les communautés de Kanesatake et de Kahnawake, et de l’autre, les forces policières québécoises et militaires canadiennes. Pour son premier long métrage de fiction, la créatrice de la série Mohawk Girls a décidé de puiser dans ses souvenirs afin de présenter ce moment marquant de 1990 par les yeux d’une jeune fille. Elle s’appelle Beans, elle a 12 ans, et cet été-là, entre les tourments intérieurs de l’adolescence et les conflits que vit sa communauté, elle va découvrir toute la violence du racisme et s’ouvrir à l’activisme. 

Tracey Deer sera d’ailleurs la lauréate du prix spécial pour le talent émergent au cours du festival.

ONE NIGHT IN MIAMI

Un groupe d'hommes, à un bar, prend la pause pour une photographie.

One Night in Miami, de la réalisatrice Regina King

Photo : Courtoisie du TIFF

L’actrice Regina King (Watchmen, If Beale Street Could Talk) passe derrière la caméra pour un premier long métrage ou l'on retrouve l’esprit de plusieurs légendes afro-américaines. Dans One Night in Miami,  Malcolm X, Muhammad Ali, Sam Cooke et Jim Brown se rassemblent pour une soirée de l’année 1964 dans un motel de Miami. 

Adaptation de la pièce de Kemp Power, qui a imaginé cette rencontre fictive au sommet avec ces figures marquantes de leur époque - que ce soit dans le monde du sport, de la musique ou de l’activisme -, One Night in Miami met en vedette Kingsley Ben-Adir, Eli Goree, Aldis Hodge et Leslie Odom Jr. (Hamilton). 

FALLING

Un vieillard fait le geste de repousser un homme qui tente de discuter.

Falling, du réalisateur Viggo Mortensen

Photo : Courtoisie du TIFF

L’acteur Viggo Mortensen présente aussi un premier long métrage comme réalisateur cette année, un film où il tient également la vedette aux côtés de Lance Henriksen.

Il y joue le rôle de John, un homme qui doit s’occuper de son père vieillissant, sombrant dans la démence. Entre passé et présent, le film nous amène dans l’enfance de John, aux prises avec un père abusif testant constamment la masculinité de son fils. Vivant aujourd’hui paisiblement son homosexualité, John doit toutefois revivre ces confrontations homophobes avec ce père agressif aux propos violents, un père dont il doit s’occuper malgré tout.

LA NUIT DES ROIS

Un homme éclairé par une lampe au milieu d'un groupe.

La nuit des rois, du réalisateur Philippe Lacôte

Photo : Courtoisie du TIFF

Un jeune homme entre dans une prison d’Abidjan, la plus grande de Côte d’Ivoire, un monde dangereux, une société complexe et hiérarchisée. Un soir de lune rouge, on demande au jeune homme de préserver sa vie en se faisant griot. Comme Shéhérazade, il devra raconter une histoire jusqu’au lever du jour, tisser un récit plein d’intrigues et de magie qui raconte la vie d’un célèbre criminel.

Second long métrage du cinéaste ivoirien Philippe Lacôte (Run), La nuit des rois est une coproduction France, Canada, Côte d'Ivoire et Sénégal.

AMMONITE

Mary Anning, paléontologue autodidacte britannique, se dévouait à la recherche et à la préservation de fossiles d’ammonites, une sous-classe éteinte des mollusques céphalopodes. Dans la société du début du 19e siècle, une telle occupation de la part d’une femme n’était pas encouragée, et les recherches n’étaient reconnues par aucune société scientifique. Mais Mary se trouvera une alliée en la personne de Charlotte, une jeune épouse malheureuse qui se joindra à elle dans sa quête, et les deux femmes trouveront dans leur rencontre des sentiments nouveaux et profonds.

Les grands talents des actrices Kate Winslet et Saoirse Ronan se rencontrent à l’écran dans ce film de Francis Lee (God’s Own Country). 

SEIZE PRINTEMPS

Suzanne a 16 ans, elle vit à Paris, elle s’ennuie. Elle va s’enticher de Raphaël, un acteur de 35 ans. Durant leur fréquentation, elle balance entre l’enfance et l’âge adulte, entre l’innocence et la détermination, avec cette peur d’avancer trop vite.

Suzanne Lindon, née de célèbres parents - Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain -, a écrit ce film alors qu’elle avait elle-même seulement 15 ans. Aujourd’hui, âgée de 20 ans, elle réalise ce film et joue le rôle principal de cette première oeuvre qui a également été sélectionnée par le Festival de Cannes cette année. 

PIECES OF A WOMAN

Martha et Shawn s'apprêtent à accueillir leur premier enfant, une naissance à domicile bien planifiée avec leur sage-femme. Mais lorsque le travail commence, des complications se présentent et la remplaçante qui préside à l'accouchement dans le rôle de sage-femme est rapidement dépassée. Comment survivra le couple à cette expérience traumatisante? Comment avancer après une douleur tellement immense? Comment accepter la perte?

Vanessa Kirby et Shia LaBeouf tiennent courageusement les rôles principaux de ce film signé conjointement par les Hongrois Kornél Mundruczó (White God) à la réalisation et son épouse Kata Wéber à la scénarisation. 

76 DAYS

Eh oui! Déjà un documentaire sur le combat contre la COVID-19… Dans 76 Days, des cinéastes chinois ont filmé à l’intérieur des hôpitaux de Wuhan au sommet de la pandémie, pendant les 76 jours du confinement complet de la province chinoise. Ce film troublant nous amène en première ligne du combat mené contre le nouveau coronavirus, aux côtés des travailleurs de première ligne et de patients qui se battent pour leur vie.

Un film peut-être difficile à voir alors que le combat continue de par le monde, mais des images qui seront appelées à devenir un document d’importance historique pour aider les générations futures à comprendre les débuts de cette pandémie qui a marqué l’année 2020.

Le 45e Festival international du film de Toronto se tient du 10 au 19 septembre 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !