•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier procès devant jury déjà suspendu

Les sièges bruns sont séparés par des plexiglas

Le nouvel aménagement des sièges des jurés, au palais de justice de Québec

Photo : Radio-Canada

Le premier procès devant jury qui s'est ouvert depuis le début de la pandémie vient d'être suspendu, après seulement une journée d'audience.

Un juré a appris que sa cousine, avec qui il a eu des contacts au cours des derniers jours, a obtenu un test positif à la COVID-19.

Le juge Richard Grenier a décidé de suspendre les procédures jusqu'à ce que le juré concerné obtienne le résultat du test qu'il a passé lundi soir.

En priorité, s'il-vous-plaît

Le juge de la Cour supérieure a demandé au personnel de la cour de faire des démarches pour que les autorités traitent ce test en priorité.

Il a d'ailleurs demandé aux médias de passer le message.

Ça s'est passé rapidement dans le cas de ministres, a rappelé le magistrat, en soulignant l'importance de ne pas paralyser le système de justice.

Il a d'ailleurs indiqué qu'il n'avait pas l'intention d'avorter le procès.

Le juré numéro cinq a été isolé des autres à son arrivée au palais de justice de Québec, ce matin.

Indemnisé d'ici la reprise des audiences

Les membres du jury ont pu retourner à la maison, après l'annonce de la suspension.

Le juge a indiqué qu'ils allaient obtenir leur indemnité, même s'ils ne siègent pas, en attendant la reprise des audiences.

Le magistrat a aussi indiqué que la cousine du juré travaille dans un milieu qui l'oblige à être testée fréquemment.

Elle a obtenu un test positif, même si elle n'avait pas de symptôme.

Un procès sur deux semaines

Le procès d'Hamza Mbareche accusé d'agression sexuelle doit durer deux semaines.

La plaignante a commencé à témoigner mercredi après-midi.

Elle devait subir son contre-interrogatoire à compter de ce matin.

Selon la théorie de la Couronne, Mbareche aurait profité de son état d'intoxication avancée pour avoir des relations sexuelles avec la jeune femme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !