•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de caméras d'intervention pour la police de Winnipeg, tranche un comité

Un policier équipé d'une caméra d'intervention.

La motion a été rejetée mardi à deux voix contre une.

Photo : Service de police de Kentville

Radio-Canada

Les membres du comité communautaire Assiniboia ont rejeté la motion du conseiller municipal Kevin Klein qui demandait que les policiers de Winnipeg soient équipés de caméras.

Selon Kevin Klein il est essentiel que les policiers portent des caméras d'intervention dans le contexte actuel, où les forces de l’ordre sont accusées de racisme en Amérique du Nord.

La motion a été rejetée mardi. Les conseillers Scott Gillingham et Janice Lukes ont voté contre.

M. Gillingham soutient que son choix est motivé par les coûts du projet. Il note aussi que le comité communautaire n’était pas le forum approprié pour la présentation d’une motion sur le port de caméras d'intervention. D’après lui, la Commission de police de la Ville est mieux indiquée pour traiter de cette demande.

Pour sa part, Janice Lukes soutient qu’il y a peu de preuves que le port de caméras par les policiers aurait pour conséquence de réduire le recours à la force.

Un projet-pilote de port de caméra d'intervention a été lancé en 2015 à Winnipeg, mais a été abandonné l’année suivante en raison de compressions budgétaires. La Ville estimait que d’équiper les policiers de caméras coûterait au moins 8 millions de dollars.

M. Klein souligne que depuis 2015, le coût de ces équipements a considérablement baissé. Il affirme que le coût total d’un tel projet s’élèverait maintenant à environ 2 millions de dollars.

Kevin Klein était président de la Commission de police jusqu’à sa démission plus tôt cette année. Il indique que la Commission de police a recommandé d'équiper les policiers en caméras d'intervention, mais que le programme a été abandonné par le groupe de travail sur le budget de la Ville.

Nous devons trouver un moyen différent pour y arriver et nous devons rendre les fonds disponibles pour que cela se produise. La responsabilité est importante pour tous les résidents, dit-il.

Kevin Klein debout les bras croisés avec en arrière-plan un paysage d’automne.

Kevin Klein souligne qu’il travaillera avec des policiers et d’autres personnes pour faire pression sur la Ville afin qu’elle équipe les agents de caméras.

Photo : Radio-Canada / Warren Kay

De son côté, le président de la Commission de police de Winnipeg, le conseiller Markus Chambers, n’est pas convaincu du coût réduit des caméras ni de leur efficacité.

Je pense vraiment que nous devons investir plus d’argent dans la formation […], mais aussi dans l’embauche d’agents de police plus diversifiés, croit-il.

Il ajoute être ouvert à l’examen de l’utilisation des caméras peut-être dans le futur, et précise que le service de police a en ce moment d’autres priorités.

Le chef de police de Winnipeg, Danny Smyth, a dans le passé soutenu publiquement l'achat de caméras pour les agents. Mercredi, le Service de police n’avait pas de porte-parole disponible pour commenter le rejet de la motion.

L’Association des policiers de Winnipeg n’a pas répondu, mercredi, à une invitation à commenter la nouvelle.

M. Klein souligne qu’il travaillera avec des policiers et d’autres personnes pour faire pression sur la Ville afin qu’elle équipe les agents de caméras d'intervention.

Avec des informations de Sean Kavanagh

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !